Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des milliers d'étudiants manifestent à Londres pour la gratuité

Plusieurs milliers d'étudiants ont manifesté mercredi dans les rues de Londres pour réclamer la gratuité des études. De violents affrontements les ont opposés à la police en fin de parcours.

Derrière la large banderole de tête réclamant une "éducation gratuite", les manifestants ont quitté en début d'après-midi le site de l'University of London avant de rejoindre en fin de journée le parlement de Westminster, en plein coeur de la capitale britannique.

Le défilé a dégénéré en violents affrontements devant le ministère de l'intérieur contre lequel un petit groupe de manifestants a lancé de la peinture tandis que certains ont essayé de pénétrer dans le ministère des affaires, de l'innovation et des compétences (BIS), lançant des oeufs et des bombes fumigènes sur les forces de l'ordre, selon un communiqué de la police.

Plusieurs manifestants ont été arrêtés, a ajouté la maréchaussée.

"L'ignorance coûte plus cher que l'éducation" ou "le désespoir est la nouvelle norme", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les étudiants, qui défilaient au son d'un orchestre de percussions. Les étudiants demandent également au gouvernement de renoncer à son projet de transformer les bourses universitaires en prêts.

Trois fois plus cher

La manifestation a reçu le soutien de John McDonnell, chargé des questions économiques au Labour, le principal parti d'opposition au gouvernement de David Cameron. "Votre génération a été trahie par ce gouvernement qui a augmenté les frais de scolarité", a-t-il déclaré.

Les droits universitaires en Angleterre ont triplé (de 3000 à 9000 livres sterling pour chaque année de la licence) quelques mois après l'élection en 2010 du Premier ministre conservateur David Cameron, réélu en mai dernier pour un second mandat.

Dans le cadre de sa politique de coupes budgétaires visant à réduire le déficit, l'exécutif a également annoncé qu'à compter de la rentrée 2016, les bourses seraient remplacées par des prêts. Le ministre des finances, George Osborne, avait justifié cette décision en déclarant que les bourses étaient devenues "trop coûteuses".

Cette mesure "va cribler de dettes les millions d'étudiants les plus pauvres", a déclaré Callum Cant, un responsable du "Mouvement national contre les frais de scolarité et les coupes budgétaires", à l'origine de la manifestation de mercredi.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.