Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers d'étudiants ont défilé mercredi à Londres sous haute surveillance policière. Ils protestaient contre la hausse des frais universitaires et les coupes budgétaires, un an après des manifestations massives. Vingt personnes ont été interpellées.

Scandant "Pas de coupes dans l'éducation", le cortège s'est ébranlé en début d'après-midi du centre de Londres, encadré par la police montée et de nombreux membres des forces de l'ordre à pied, a constaté une journaliste de l'AFP. Selon l'un des leaders du rassemblement, le défilé a réuni "plus de 10'000 personnes".

La police a fait état d'environ 2000 personnes, soit bien moins que les 4000 policiers déployés pour l'occasion. Malgré des moments de tension, des jets de projectile en direction des forces de l'ordre et de brusques échappées de petits groupes masqués, la manifestation a réussi à atteindre son point de dispersion sans incident sérieux.

"Pénalisant" pour les jeunes

Les étudiants protestent contre la hausse, à partir de 2012, des frais d'inscription, actuellement de 3300 livres (plus de 4700 francs). Ces frais vont au moins doubler dans les deux tiers des universités anglaises, atteignant 9000 livres dans un tiers d'entre elles.

"C'est vraiment pénalisant pour notre génération et celles à venir. Nous ne savons pas si ma petite soeur pourra faire des études, même si mes parents économisent", a expliqué Sally Bonsall, 18 ans, étudiante en histoire et en sciences politiques.

Quelques mois après les émeutes qui ont secoué cet été plusieurs grandes villes britanniques, les forces de l'ordre ont été autorisées à utiliser des balles en caoutchouc en cas de débordements.

Tentes enlevées

Par ailleurs, la police a délogé des manifestants anti-capitalistes qui avaient réussi à planter une vingtaine de tentes sur la place de Trafalgar, au coeur de Londres. Plusieurs personnes ont été arrêtées.

Les manifestants revendiquaient leur appartenance au mouvement "Occupy London Stock Exchange" (Occupy LSX, la bourse de Londres, ndlr), à l'origine de l'occupation depuis le 15 octobre du parvis de la cathédrale St-Paul au coeur du district financier de la City.

ATS