Toute l'actu en bref

"C'est une reconstitution historique d'un fait réel qui s'est passé il y a plusieurs centaines d'années lors de la révolte contre un roi", explique Roberto, un tireur d'oranges (image symbolique).

KEYSTONE/EPA/SANJEEV GUPTA

(sda-ats)

Plusieurs milliers de personnes se sont livrées dimanche à une bataille d'oranges dans les rues d'Ivrée, petite ville proche de Turin, dans le nord de l'Italie. La manifestation a eu lieu dans le cadre d'un carnaval à la tradition plus que centenaire.

"C'est chaud... vraiment chaud! A certains, cela peut paraître un truc de fou, mais pour nous à Ivrée c'est quelque chose qu'on a dans l'ADN. Les enfants naissent avec cette folie", a déclaré Francesca, une habitante de la ville.

"C'est une reconstitution historique d'un fait réel qui s'est passé il y a plusieurs centaines d'années lors de la révolte contre un roi. Depuis le siècle dernier la bataille se fait avec des oranges, mais avant on se tirait des pierres, imaginez un peu!", a ajouté Roberto, un tireur d'oranges.

Révolte d'une fille de meunier

Selon le site officiel de la manifestation, le carnaval existe sous sa forme actuelle depuis 1858. Des dizaines de milliers de personnes y participent chaque année.

Le carnaval et sa bataille d'oranges ont comme origine plusieurs éléments, dont les plus anciens remontent au Moyen-Age. La naissance de cette manifestation serait à chercher dans la révolte de la fille d'un meunier qui aurait subi le droit de cuissage d'un baron affamant la cité et contre lequel toute la population se rebella.

Aujourd'hui, le "peuple" est représenté par les tireurs d'oranges, à pied et qui ne disposent d'aucune protection et luttent contre les "forces du seigneur féodal". Ces derniers se tiennent sur des chars et revêtent des protections et des masques rappelant les armures.

ATS

 Toute l'actu en bref