Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dizaines de milliers de Malaisiens se sont rassemblés samedi à Kuala Lumpur pour réclamer de grandes réformes et le départ du Premier ministre Najib Razak soupçonné de corruption. Ils ont ainsi bravé l'interdiction de la police.

Jusqu'à 80'000 manifestants, selon les médias locaux, ont convergé vers le centre de la capitale économique. Nombre d'entre eux portaient des t-shirts jaunes - interdits par le gouvernement - du mouvement proréformes malaisien, au premier jour d'une manifestation de 48 heures.

Mais les premiers arrivés se sont heurtés à des barrages installés par les forces de l'ordre déployées en nombre afin de tenter de bloquer les manifestants et les empêcher d'occuper pendant la nuit la place de l'Indépendance, en plein centre-ville.

Des membres de l'entourage de Najib Razak ont reconnu qu'il avait reçu près de 700 million de dollars en 2013, des dépôts effectués mystérieusement sur son compte bancaire. Ces révélations, publiées par le Wall Street Journal le mois dernier, ont provoqué la colère de nombreux Malaisiens, y compris des membres du parti de Razak, excédés par les nombreux scandales au sein du gouvernement.

La foule commençait à se disperser en fin d'après-midi. Selon les organisateurs, une partie des manifestants avait l'intention de camper dans les rues de la capitale pour la nuit.

Par le passé, des manifestations du mouvement de la société civile Bersih s'étaient traduites par des affrontements avec la police, notamment en 2012.

ATS