Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs milliers de manifestants - entre 1000 selon la police et 5000 selon les organisateurs - ont défilé samedi à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, pour dire "bienvenue" aux réfugiés. Cette région a été le théâtre d'incidents xénophobes ces derniers temps.

Derrière une banderole de tête sur laquelle on pouvait lire "Empêcher aujourd'hui les pogroms de demain", les manifestants qui répondaient à un appel de l'organisation de lutte contre l'extrême-droite "Alliance Anti-Nazis", ont défilé dans le calme alors que les forces de l'ordre, en tenue anti-émeutes, étaient venues en nombre important.

Le cortège chantait notamment: "Say it loud, say it clear, refugees are welcome here" ("dites-le haut et fort: les réfugiés sont les bienvenus ici") alors que le Land de Saxe, dont Dresde est la capitale, a connu plusieurs incidents graves visant les réfugiés.

Incidents à Heidenau

En outre, Dresde est le berceau du mouvement islamophobe Pegida, dont les manifestations ont réuni jusqu'à 25'000 personnes en janvier.

A Heidenau, petite ville de 16'000 habitants située à quelques kilomètres au sud de Dresde, des heurts faisant plusieurs dizaines de blessés ont opposé le week-end dernier policiers et militants d'extrême droite qui manifestaient contre un centre de réfugiés.

Mercredi, Angela Merkel a choisi Heidenau pour effectuer sa première visite dans un centre de réfugiés. Elle y a affirmé, sous les huées de manifestants d'extrême-droite, qu'il n'y avait "aucune tolérance vis-à-vis de ceux qui remettent en question la dignité d'autrui". La chancelière devrait revenir une nouvelle fois sur le sujet à l'occasion d'une conférence de presse, lundi.

Mobilisation

Pendant ce temps, médias et personnalités se sont mobilisés pour offrir de l'Allemagne le visage d'une terre d'accueil. "Nous aidons", proclamait samedi la Une du quotidien populaire Bild.

Le journal le plus lu d'Europe a choisi de lancer "une grande opération d'aide" en faveur des réfugiés pour "montrer que les braillards et les xénophobes ne gueulent pas en notre nom".

D'autres médias, comme l'hebdomadaire Der Spiegel ou le grand quotidien Süddeutsche Zeitung (SZ), s'engagent aussi.

ATS