Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les combattants arabes et kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) doivent faire face à la farouche résistance du groupe Etat islamique à Raqa (archives).

KEYSTONE/AP Hawar News Agency/UNCREDITED

(sda-ats)

L'ONU est préoccupée par le sort de milliers de personnes, notamment des femmes et des enfants, toujours coincées sous le feu des combats à Raqa en Syrie. Elles n'ont aucune possibilité d'accès à une aide humanitaire.

"Environ 10'000 à 25'000 personnes restent bloquées dans la ville, même si les chiffres exacts sont difficiles à vérifier en raison de la situation sur le terrain", a affirmé mercredi le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric lors d'un point-presse.

"L'accès à Raqa n'est actuellement pas possible pour l'ONU en raison des combats sur le terrain. Nous rappelons à tous les acteurs militaires leurs obligations de protéger les civils et de leur assurer un accès humanitaire en accord avec la loi internationale", a-t-il ajouté.

Farouche résistance

En juillet, les organisations humanitaires ont aidé dans la région de Raqa la population dans au moins 46 sites et plus de 263'000 personnes ont bénéficié d'une assistance (nourriture, médicaments...), a précisé Stéphane Dujarric.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes bénéficiant d'un soutien international, notamment des Etats-Unis, ont pénétré dans Raqa il y a deux mois et pris le contrôle d'environ la moitié de cette ville du nord de la Syrie.

Mais elles doivent faire face à la farouche résistance de quelque 2000 djihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui s'accroche à cette ville considérée par lui comme la capitale du "califat" qu'il avait proclamé en juin 2014. Les combats à Raqa ont poussé des dizaines de milliers de civils à fuir, et beaucoup ont été blessés par des tirs ou par des mines de l'EI.

ATS