Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les anciens présidents polonais Bronislaw Komorowski (c.) et Aleksander Kwasniewski ont pris place en tête du cortège.

KEYSTONE/AP/CZAREK SOKOLOWSKI

(sda-ats)

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi dans plusieurs villes polonaises pour commémorer les premières élections partiellement libres il y a 27 ans. Elles ont aussi manifesté contre la politique du gouvernement conservateur actuel.

Ils étaient 50'000 à Varsovie selon la ville, 10'000 selon la police, à défiler aux cris de "Liberté! Egalité! Démocratie!" pour protester contre ce qu'ils jugent être les tendances autocratiques du gouvernement. En tête du cortège, sur lequel flottaient nombre de drapeaux européens et polonais, avaient pris place les anciens présidents Bronislaw Komorowski et Aleksander Kwasniewski.

Le 4 juin 1989, la Pologne avait connu un avant-goût de démocratie avec ses premières élections partiellement libres. Elles ont participé à la chute du régime communiste.

Les manifestations étaient organisées par le Comité pour la défense de la démocratie (KOD), mouvement né de l'opposition aux réformes conduites par le parti Loi et Justice au pouvoir depuis novembre. Parmi les réformes controversées figurent notamment un renforcement du contrôle sur les médias et une diminution des pouvoirs de la Cour constitutionnelle.

Pressions européennes

Après avoir temporisé, la Commission européenne a franchi mercredi un nouveau palier dans la procédure inédite déclenchée contre Varsovie, en lui adressant un "avis sur l'Etat de droit". Elle espère pousser le pouvoir conservateur polonais à revenir sur ses réformes de la juridiction constitutionnelle.

Cette procédure jamais utilisée auparavant peut aboutir en dernier recours à des sanctions, comme une suspension des droits de vote polonais au sein de l'UE. Le chef de la diplomatie polonaise Witold Waszczykowski a minimisé cet avertissement, estimant qu'il s'agissait d'"une opinion, comme une suggestion, qui ne nous oblige à rien".

ATS