Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de Tunisiens, dont le président Moncef Marzouki, se sont rassemblés samedi à Sidi Bouzid pour commémorer le premier anniversaire de leur révolution. Le soulèvement populaire a été déclenché le 17 décembre à la suite de l'immolation par le feu d'un vendeur ambulant de cette cité.

Venus de plusieurs villes du pays, des Tunisiens se sont rassemblés dès l'aube pour participer à cet anniversaire avec les habitants de Sidi Bouzid.

Cette ville, d'une région défavorisée du centre ouest, où le jeune Mohamed Bouazizi s'était immolé par le feu devant la préfecture pour protester contre la saisie musclée par la police de son étal de fruits et légumes qu'il vendait sans permis pour faire vivre les siens, avait été l'épicentre de la contestation.

Le geste de désespoir du jeune homme avait déclenché des manifestations à Sidi Bouzid avant de s'étendre à tout le pays qui avait connu un mois de soulèvement populaire sans précédant, chassant Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans de règne sans partage.

Hommage présidentiel

"Merci à cette terre, qui a été marginalisée durant des siècles, pour avoir rendu la dignité à tout le peuple tunisien", a lancé M. Marzouki, ancien opposant au régime de Zine el Abidine Ben Ali, en rejoignant le rassemblement dans le centre de la ville.

Des drapeaux tunisiens, des portraits des "victimes de la révolution" et une photo géante de Bouazizi ornaient le centre de Sidi Bouzid où des syndicats, des militants de droits de l'Homme tunisiens et arabes ainsi que des membres de l'Assemblée constituante ont pris le micro pour rendre hommage à tous les "martyrs" de la révolution.

"Je regarde autour de moi et je vois dans la foule beaucoup de jeunes qui avaient bravé les balles de la police de Ben Ali l'an dernier pour défendre des valeurs de liberté et de dignité", a déclaré à l'AFP Sabrine Ammari, une militante des droits de l'homme.

La révolution tunisienne a inspiré d'autres peuples dans la région comme l'Egypte et la Libye qui ont réussi a faire tomber leurs présidents.

ATS