Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs ministres yéménites, jusqu'ici réfugiés en Arabie saoudite, ont fait leur retour à Aden, après l'annonce par le gouvernement en exil de la libération de la ville jusqu'alors aux mains des Houthis. Mais la situation reste instable dans plusieurs quartiers.

"Nous sommes arrivés la nuit dernière", a précisé samedi le ministre de l'intérieur Abdo al-Huzeifi, joint par téléphone par l'AFP. Il a ajouté qu'il était accompagné du ministre des transports et de plusieurs responsables de la sécurité. Mais M. Huzeifi n'a pas précisé par quel moyen ils avaient rejoint Aden. Selon un responsable de la sécurité saoudienne cité dans le quotidien Asharq al-Awsat, ces hommes ont pris l'avion jusqu'en Erythrée puis le bateau vers Aden.

Le ministre yéménite a assuré que les rebelles chiites houthis, soutenus par l'Iran, avaient été boutés hors de la ville, à l'exception de "quelques groupes assiégés qui refusent de capituler".

Vendredi, le gouvernement yéménite basé à Ryad, en Arabie saoudite, avait annoncé que les forces loyalistes, qui ont lancé mardi leur première offensive à Aden depuis l'entrée à fin mars des rebelles dans la ville, en avaient chassé les Houthis et leurs alliés. "Le gouvernement annonce la libération de la province d'Aden", avait écrit sur sa page Facebook le chef du gouvernement Khaled Bahah.

"Guerre psychologique"

Mais la situation est toujours instable et de féroces combats se poursuivaient samedi dans le quartier d'al-Tawahi, toujours aux mains des rebelles selon des témoins.

Un porte-parole de la rébellion a qualifié l'annonce du gouvernement de "guerre psychologique" et de "tentative de remonter le moral" des milices pro-gouvernementales. "L'avancée dont ils se vantent ne dépasse pas quelques km ici et là sur les lignes de front, où ils ont subi de lourdes pertes", a soutenu le porte-parole dans un communiqué publié par l'agence de presse proche de la rébellion.

Les forces pro-gouvernementales ont pu compter sur le soutien des frappes de la coalition arabe menée par l'Arabie Saoudite, ainsi que sur l'arrivée de combattants entraînés par le royaume saoudien. Les avions de la coalition ont visé samedi des positions rebelles dans l'est d'Aden, tuant 25 combattants, a indiqué une source militaire. Un bilan difficile à vérifier en l'absence de source neutre.

Officiers pro-Saleh capturés

Les forces loyalistes ont enregistré plusieurs autres avancées. Elles ont lancé une attaque contre la base aérienne d'Al-Anad située dans la province de Lahj et tenue par les Houthis et leurs alliés, des militaires restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Lors de l'opération, 47 rebelles, dont des officiers de la Garde républicaine pro-Saleh ont été capturés, a affirmé Qaed Nasser, porte-parole de la milice de la Résistance populaire. Celle-ci, opposée aux Houthis, rassemble des combattants pro-gouvernementaux, des tribus sunnites et des sécessionnistes sudistes.

Plus à l'est, les forces pro-régime ont repris pied à Bayhan, ville située dans la province méridionale de Chabwa, selon la même source.

ATS