Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs centaines de militants anti-OTAN ont tenté sans succès dimanche de pénétrer dans l'enceinte du siège de l'Alliance atlantique à Bruxelles. Mais ils ont été repoussés par un important dispositif mis en place par la police, qui a annoncé avoir procédé à 483 interpellations.

Les manifestants, venus de Belgique mais aussi de Suède, Finlande, Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni ou encore Turquie, pour la plupart des jeunes d'une vingtaine d'années au look "baba-cool", étaient arrivés en début d'après-midi par groupes de quelques dizaines de personnes dans les champs qui bordent l'arrière du site, dans le nord-est de la capitale belge, en présence de nombreux journalistes.

Les forces de l'ordre, qui avaient déployé "500 ou 600" hommes, selon un officier sur place, les attendaient en rang, le long de la clôture qui protège le siège de l'Alliance et le quartier général de l'armée belge situé juste à côté.

Vers 14h30, les manifestants ont couru en vagues vers leur objectif. Quelques-uns ont réussi à franchir le cordon des policiers pour tenter de se hisser sur les barrières ceinturant l'enceinte militaire. Mais les charges des policiers à cheval et l'intervention de leurs collègues à pied ont mis fin à l'assaut en quelques minutes.

L'OTAN, "un danger pour la paix"

L'action se déroulait pour la troisième fois. Elle était organisée par l'association belge Action pour la Paix pour dénoncer, deux mois avant le sommet de l'OTAN à Chicago, une alliance qui constitue selon elle "un danger pour la paix mondiale".

"Nous commettons une infraction en vue de dénoncer un crime bien plus grand", a expliqué un porte-parole de l'organisation. "Nous ne voulons pas du bouclier antimissiles, ni d'interventions de l'OTAN en Libye ou en Afghanistan, ni de bombes nucléaires illégales dans notre pays", a-t-il ajouté.

"Une alliance militaire qui intervient dans le monde entier et possède des armes nucléaires est un danger pour la paix mondiale", selon l'association.

ATS