Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des partisans de WikiLeaks renoncent aux cyberattaques

Londres - Un groupe de cybermilitants soutenant WikiLeaks a renoncé à mener des attaques informatiques contre les sociétés qui s'en prennent au site. Il préfère opter pour une nouvelle tactique: diffuser le plus largement possible les documents confidentiels que WikiLeaks s'est procurés.
Le réseau "Anonymous" a notamment réussi à bloquer cette semaine les sites de Mastercard, Visa et le blog de PayPal, qui ont cessé de transférer les dons à WikiLeaks depuis que le site a commencé à mettre en ligne 250'000 mémos diplomatiques confidentiels du département d'Etat américain.
Dans un message diffusé dans la nuit sur son blog, le groupe de cybermilitants constate toutefois que son attaque contre Amazon, qui n'héberge plus WikiLeaks depuis une dizaine de jours, n'a guère produit d'effet. "Au mieux, on lui a poché un oeil. Les règles ont changé. Quand les règles changent, nos stratégies doivent changer aussi", explique "Anonymous".
Brouiller les pistesLes militants encouragent leurs soutiens à passer en revue les mémos dévoilés par le site WikiLeaks, à diffuser des résumés de ceux qui ont été les moins exposés et à les étiqueter de manière à brouiller les traces et éviter que toute autorité ne cherche à les supprimer. "Utiliser des 'tags' trompeurs, comme 'Tea Party' ou 'Bieber'", recommande encore le groupe.
Des stratégies similaires avaient été utilisées par le passé sur YouTube ou le défunt site de partage de fichiers Napster par des internautes cherchant à échapper aux sanctions contre la violation des droits d'auteur.
Le journal français Libération a annoncé de son côté avoir créé, "comme des milliers d'autres sites", un "site miroir" reproduisant l'intégralité du contenu de WikiLeaks "pour empêcher l'asphyxie du titre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.