Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 250 paysans, déterminés et bottes aux pieds, ont manifesté vendredi sur la Place fédérale à Berne. Réunis sous la bannière d'Uniterre, ils réclament une régularisation du marché laitier, libéralisé en 2009.

"La souveraineté alimentaire maintenant", "ensemble pour une agriculture paysanne" ou "plus de valeur aux produits suisses" pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants. Ils ont amené une botte de 3 mètres de haut et ont déposé les leurs autour. Elles symbolisent "toutes les familles qui stoppent la production par manque de rentabilité".

Selon Uniterre, ce sont environ 1000 familles qui quittent la production laitière chaque année. L'organisation paysanne plaide pour un "système de gestion national des quantités" de lait et a signalé avoir adressé en janvier un courrier dans ce sens à Johann Schneider-Ammann, conseiller fédéral en charge du dossier.

Cette lettre propose une rencontre entre les producteurs, le directeur de l'Office fédéral de l'agriculture, l'Union suisse des paysans et la Fédération des producteurs suisses de lait (FPSL). A ce jour, aucune réponse n'a été donnée à cette offre, regrette Uniterre.

Pétition

L'organisation profite également de la manifestation pour récolter des signatures en faveur de sa pétition "du lait, mais pas plus qu'il n'en faut". Elle demande notamment que les quantités de lait soient déterminées annuellement par la FPSL par le biais de la force obligatoire du Conseil fédéral et que le prix versé aux paysans puisse couvrir les coûts de production.

En août 2011, le Conseil fédéral avait décidé d'intervenir dans la crise des excédents laitiers. Il avait déclaré contraignant un contrat-type d'achat du lait et le versement par les producteurs de lait d'un centime par litre pour financer un fonds destiné aux exportations de beurre. Il avait cependant refusé de fixer un prix indicatif du lait.

Le Parlement doit voter cette année à propos de la politique agricole 2014-2017 décidée par le gouvernement.

ATS