Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Shimon Peres s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 93 ans, deux semaines après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) majeur accompagné d'une hémorragie interne (archives).

KEYSTONE/AP/SEBASTIAN SCHEINER

(sda-ats)

A l'instar des présidents américain Barack Obama, allemand Joachim Gauck et français François Hollande, l'ancien président américain Bill Clinton a aussi salué la mémoire de Shimon Peres. Il a rendu hommage à "un génie au grand coeur".

Bill Clinton, qui supervisa la signature à Washington des accords d'Oslo entre Israéliens et Palestiniens, a salué dans un communiqué "un fervent avocat de la paix, de la réconciliation et d'un avenir dans lequel tous les enfants d'Abraham construiraient un meilleur lendemain".

"Je n'oublierai jamais combien il était heureux il y a 23 ans lorsqu'il a signé les accords d'Oslo sur la pelouse de la Maison Blanche, ouvrant une ère d'espoir dans les relations israélo-palestiniennes", s'est-il remémoré.

Volonté de paix

"Ce soir, Michelle et moi nous joignons à tous ceux qui, en Israël, aux Etats-Unis et dans le monde entier, rendent hommage à la vie extraordinaire de notre cher ami Shimon Peres, un père fondateur de l'Etat d'Israël et un homme d'Etat dont l'engagement pour la sécurité et la recherche de la paix était fondé sur son inébranlable force morale et sur son indéfectible optimisme", a déclaré pour sa part Barack Obama dans un communiqué.

"Il y a peu de personnes avec lesquelles nous partageons ce monde et qui changent le cours de l'histoire humaine (...). Mon ami Shimon était une de ces personnes", a écrit le président américain dans son hommage à la mémoire du prix Nobel de la Paix.

"Peut-être parce qu'il avait vu Israël surmonter d'immenses dangers, Shimon n'a jamais renoncé à la possibilité de la paix entre les Israéliens, les Palestiniens et les voisins d'Israël, pas même après la nuit tragique où Yitzhak Rabin a été emporté à Tel-Aviv", a ajouté M. Obama, évoquant l'assassinat du Premier ministre Rabin en novembre 1995.

"Force intacte"

"Je voudrais vous exprimer ainsi qu'au peuple israélien (...) mes profondes condoléances", écrit le président allemand Joachim Gauck dans une lettre adressée à son homologue israélien Reuven Rivlin.

"En dépit des atrocités perpétrées (par les nazis) contre sa famille pendant l'Holocauste, Shimon Peres a tendu la main" aux Allemands, a poursuivi M. Gauck. "Pour cette attitude, nous lui sommes très reconnaissants", a-t-il écrit.

"Shimon Peres a marqué Israël comme aucun autre politique. Il a servi son pays dans différentes fonctions - avec des principes solides lorsqu'il s'agissait de la sécurité d'Israël, et une volonté forte lorsqu'il s'agissait de faire avancer le processus de paix avec les Palestiniens", poursuit M. Gauck dans sa missive.

"Avec la disparition de Shimon Peres, Israël perd un de ses hommes d'Etat les plus illustres, la paix un de ses plus ardents défenseurs et la France un ami fidèle", a souligné François Hollande. Le président français avait eu un dernier entretien avec l'ancien président israélien le 25 mars. "J'ai pu mesurer (...) que sa force de conviction était intacte."

Victime d'un AVC

L'ancien président et Premier ministre israélien Shimon Peres est mort dans la nuit à l'âge de 93 ans des suites d'un accident vasculaire et cérébral. Son médecin personnel et gendre Rafi Walden l'a confirmé aujourd'hui.

"Oui, en effet", a-t-il à l'AFP. Il s'est éteint dans son sommeil "à 03h00 du matin" (02h00 en Suisse), a précisé Rafi Walden. Il n'a pas fourni davantage d'information, indiquant seulement qu'une conférence de presse était en préparation pour le début de matinée.

Avec Shimon Peres disparaît une figure historique, dernier survivant de la génération des pères fondateurs de l'Etat d'Israël et l'un des principaux artisans des accords d'Oslo qui ont jeté les bases d'une autonomie palestinienne dans les années 1990 et lui ont valu le Nobel de la paix.

Shimon Peres s'est éteint deux semaines après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) majeur accompagné d'une hémorragie interne. Il avait alors été placé sous respirateur et sédatifs en soins intensifs à l'hôpital Tel-Hashomer de Ramat Gan, proche de Tel-Aviv, où il est décédé dans la nuit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS