Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une cinquantaine de jeunes Philippins campent sur une île contrôlée par Manille en mer de Chine méridionale. Par cette action, ils veulent dénoncer symboliquement les revendications chinoises sur la quasi-totalité de cet espace maritime.

Les membres du groupe baptisé "Kalayaan Atin Ito" (Kalayaan est à nous) ont expliqué qu'ils étaient 47 à avoir débarqué samedi sur Pag-asa, également appelée Thitu, deuxième île des Spratley. "Kalayaan" signifie "liberté" en philippin. Mais c'est aussi le nom de la colonie installée par Manille dans l'archipel des Spratley pour appuyer ses revendications.

Le gouvernement philippin s'était opposé à cette opération menée par un ancien officier de la marine. Mais Herminio Coloma, porte-parole du président Benigno Aquino, a déclaré dimanche à la presse que les autorités comprenaient les motivations des manifestants.

"Nous savons que c'est le patriotisme qui les anime", a ajouté le porte-parole. Ils doivent cependant rechercher "d'autres moyens" pour se faire entendre. M. Coloma s'est dit préoccupé pour leur sécurité.

Pékin de plus en plus agressif

Encerclée de récifs coralliens, Thitu est située à 500 kilomètres au large de l'île philippine de Palawan. La Chine revendique la souveraineté de la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, y compris de zones proches des frontières de ses voisins. Et depuis quelques années, Pékin se montre de plus en plus agressif.

Les Spratley, un archipel de plus de 100 îles, récifs et atolls à mi-chemin entre le Vietnam et les Philippines, est l'une des zones les plus disputées à cause de son importance militaire stratégique. Le Pentagone accuse Pékin d'y avoir construit près de 1200 hectares de terrain gagnés sur la mer grâce à de gigantesques travaux de remblaiement et de construction d'îles artificielles.

ONU sollicitée

Dans un message posté sur leur page Facebook, les manifestants demandent à M. Aquino "d'informer correctement les gens, de ne rien cacher de la vérité sur l'invasion chinoise de notre Zone économique exclusive". Cette zone est contrôlée par Pékin depuis 2012.

Joy Ban-eg, coordinatrice du groupe, a expliqué que la Chine n'avait pas tenté de les empêcher de gagner leur destination. "En débarquant sur l'île, nous proclamons notre droit de propriété. Nous disons qu'elle est à nous. Nous crions au monde entier que nous ne renonçons pas".

Manille demande aux Nations unies de dire que les revendications chinoises sont illégales. Une décision est attendue en 2016, mais Pékin refuse de prendre part au processus et devrait rejeter toute conclusion qui lui serait défavorable.

La Chine est autrement plus puissante militairement que les Philippines, mais l'archipel est le pays qui se fait le plus entendre sur le sujet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS