Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Coop et d'autres distributeurs sont prêts à saisir la nouvelle loi qui permet la consommation depuis le 1er mai de certains insectes, avec des assortiments de vers de farine, de crickets ou de grillons. Manquent encore les autorisations pour importer les insectes rampants (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Depuis le 1er mai, les insectes peuvent atterrir en toute légalité dans les assiettes suisses. Pourtant, grillons, sauterelles et vers de farine ne sont pas encore en vente dans les magasins ou les restaurants. La faute à des problèmes d'importation.

"Actuellement, aucun insecte destiné à la consommation humaine n'est disponible en Suisse", a indiqué Christian Bärtsch mercredi. Il est le co-fondateur de la start-up Essento, qui développe des spécialités à base d'insectes pour la Coop.

C'est l'édition online du "Handelszeitung" qui a rendu publics mercredi des retards de livraisons, une information confirmée à l'ats par les entreprises et les autorités concernées. Coop a pour l'instant repoussé le lancement de ses produits à base d'insectes.

Attestations qui tardent

Le problème est à chercher du côté des producteurs qui se fournissent en insectes en Belgique et aux Pays-Bas, puis les transforment en produits finis en Suisse. Ils ne peuvent pas importer d'insectes tant que les autorités des deux pays n'ont pas donné leur feu vert.

Selon l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), il faut remplir deux conditions pour pouvoir importer des insectes en Suisse: les insectes doivent provenir d'une entreprise contrôlée par les autorités alimentaires du pays d'exportation et respecter la législation suisse sur les denrées alimentaires.

"Sans une attestation de contrôle de la part des autorités du pays d'exportation, les conditions d'importation ne sont pas remplies", explique Stefan Kunfermann, porte-parole de l'OSAV. En fonction du pays d'exportation, une telle attestation ne devrait être plus qu'une question de temps.

ATS