Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des protestataires anti-corruption ont passé la nuit devant le Parlement ukrainien à Kiev.

KEYSTONE/EPA/SERGEY DOLZHENKO

(sda-ats)

Plusieurs centaines de protestataires ukrainiens campaient mercredi devant le Parlement à Kiev, au lendemain d'une importante manifestation. Ils veulent maintenir la pression sur les députés afin qu'ils donnent un coup d'accélérateur à la lutte contre la corruption.

Certains d'eux ont passé la nuit dans ce camp de tentes installé dans une rue et dans un parc voisins du Parlement. Jusqu'à 5000 personnes, menées notamment par l'ex-président géorgien Mikheïl Saakachvili, y avaient manifesté mardi. Un lourd dispositif policier a été déployé sur place et la circulation bloquée dans le quartier.

Ce mode d'action rappelle le soulèvement pro-européen du Maïdan, auquel nombre d'entre eux ont participé et qui avait débouché sur le renversement d'un régime prorusse en 2014. La lutte contre la corruption des élites était l'une des revendications majeures du soulèvement du Maïdan. Elle reste l'une des exigences clés des soutiens occidentaux au pouvoir actuel, issu de ce mouvement.

"Faire le ménage au sein de l'Etat"

Malgré la création de nouvelles structures, cette tâche se heurte à la résistance des autres services de l'État. Aucun haut responsable n'a été condamné par la justice depuis la chute de l'ex-président prorusse Viktor Ianoukovitch en dépit d'arrestations très médiatisées.

Les protestataires réclament du pouvoir de créer une cour spéciale chargée des affaires de corruption, d'abolir l'immunité parlementaire et de changer la loi électorale pour favoriser l'ascension de nouveaux visages au pouvoir. L'examen de projets de lois allant dans le sens des deux derniers points est prévu jeudi.

"Ne nous arrêtons pas", a appelé sur sa page Facebook un des députés protestataires Iegor Soboliev. "Il nous faut des règles pour faire le ménage au sein de l'Etat et parmi ceux qui s'enrichissent sur son dos". Selon lui, des négociations ont eu lieu pendant la nuit montrant que le pouvoir "n'a plus peur d'une cour anticorruption indépendante", d'où un possible accord.

Le président Petro Porochenko est accusé par ses critiques de bloquer la création de cette cour spéciale pour couvrir ses proches. Il a présenté mardi au Parlement un projet de loi visant à lever l'immunité des députés à partir de 2020, mais les protestataires demandent son entrée en vigueur immédiate.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS