Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une centaine de personnes ont manifesté contre le capitalisme samedi après-midi à Berne. Malgré leur petit nombre, ils ne sont pas passés inaperçus, faisant usage de pétards, le tout sur fond de musique tonitruante. En marge de l'événement, deux politiciens bernois ont été attaqués au spray au poivre.

L'incident s'est déroulé au début de la manifestation, a indiqué à l'ats le porte-parole de la police cantonale bernoise Michael Fichter. Les deux victimes sont Roland Jakob, le chef du groupe UDC au législatif de la ville de Berne et l'indépendant Jimy Hofer, également membre de l'organe délibératif.

Celui-ci s'est posté au milieu de la rue pour s'opposer aux manifestants, comme il l'a précisé à l'ats. "Quatre hommes cagoulés sont alors venus sur moi et m'ont aspergé de gaz lacrymogène". M. Jakob indique lui s'être fait invectiver par les manifestants. C'est après avoir demandé à ceux-ci d'enlever leurs cagoules qu'il s'est fait attaquer.

Pas de dégâts matériels

Par ailleurs, la manifestation, non autorisée, n'a pas provoqué de gros dégâts matériels, précise M. Fichter. La plupart des manifestants étaient vêtus de noir et cagoulés.

On pouvait lire sur une banderole: "Rester en mouvement, supprimer le capitalisme". La "Campagne anti-capitalisme, qui a lancé l'appel à manifester, dénonce le capitalisme comme étant un "système délétère et hostile à l'homme". Le cortège s'est arrêté plusieurs fois dans la vieille ville, laissant l'occasion à l'un des participants de tenir un discours à l'aide d'un mégaphone.

La manifestation s'est déroulée durant les heures d'ouverture des magasins. De nombreux badauds ont par conséquent arrêté de vaquer à leurs occupations pour observer le cortège des anticapitalistes. La manifestation s'est dissoute à la Reitschule après deux heures et demie.

ATS