Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les réformes de la Coupe Davis voulues par la Fédération Internationale (ITF) ont pour l'heure du plomb dans l'aile.

L'assemblée de l'ITF, tenue à Hô-Chi-Minh-Ville au Vietnam, n'a pas suivi le Comité exécutif. Ainsi, la proposition de ne plus jouer en Coupe Davis qu'en deux sets gagnants n'a pas passé la rampe. Elle a recueilli 63,5 % des suffrages, alors qu'elle nécessitait la majorité des deux tiers pour être avalisée.

Tout semble cependant encore envisageable concernant ces possibles réformes. L'assemblée de l'ITF a en effet décidé quelques heures plus tard d'accorder au Comité exécutif le pouvoir de modifier les formats de la Coupe Davis et de la Fed Cup sans l'accord préalable de ses membres...

"Cette résolution donnera au Comité la latitude et la flexibilité nécessaires pour procéder à des essais (...) sans avoir besoin d'attendre l'approbation de l'assemblée", s'est réjoui le président de l'ITF David Haggerty dans un communiqué final. "Dans un monde où tout change rapidement, nous avons besoin de souplesse pour prendre des décisions, et cette résolution nous donne cette capacité", a poursuivi l'Américain, qui s'était auparavant déclaré "déçu" que l'assemblée refuse de passer à deux sets gagnants pour la Coupe Davis.

L'un des changements souhaité est le principe des finales sur terrain neutre, qui devraient se jouer à Genève à partir de 2019. Le maintien des matches en cinq sets semble être un obstacle à cette idée, qui sera soumise au vote l'an prochain. L'assemblée de Hô-Chi-Minh-Ville a en revanche voté vendredi la proposition qui assure aux finalistes de la Coupe Davis l'assurance de disputer le premier tour de l'édition suivante à domicile.

ATS