Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des réfugiés de Grèce ont créé une radio sur internet pour faire circuler "un discours interculturel" (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Des migrants et des réfugiés ont créé à Athènes la radio sur internet "Shabab", dédiée à leur situation. Ils sont des dizaines de milliers enfermés dans le pays par la fermeture des frontières nord.

"Nous sommes tous des Shabab. Une équipe internationale de locaux, de néo-locaux, de locaux temporaires dont les chemins se croisent à Athènes", expliquent les fondateurs sur leur site internet.

Créée le 21 mai, Shabab, qui signifie copains en arabe, émet depuis Athènes en anglais, arabe, farsi et grec. La radio rassemble surtout des migrants et réfugiés de diverses nationalités et vise à faire circuler "un discours interculturel".

"Nous avons tous des origines différentes, des histoires que nous avons laissées derrière nous, mais nous partageons la seule chose qui nous empêche de dormir la nuit: comment faire se rapprocher les gens et partager ce qui compte le plus pour nous", explique l'équipe sur les réseaux sociaux.

Génération en mouvement

"Nous sommes une génération en mouvement. Nous souhaitons parler entre nous au lieu de parler des histoires de chacun d'entre nous", soulignent-ils.

Ils évoquent "le manque de liberté d'expression au Moyen-Orient", région d'origine de nombreux réfugiés dont la majorité sont Syriens. Mais selon eux, en Europe, "le système économique et social ne tient pas entièrement compte de leurs voix".

Pourquoi la radio? "Car il faut que l'on soit facilement accessibles". Ce mouvement et cette communauté doivent devenir "quelque chose que l'on aimerait suivre et continuer à nourrir", disent-ils.

En 2015, la Grèce a été la porte d'entrée principale de plus d'un million de migrants. Elle accueille actuellement plus de 57'000 migrants, dont 8'700 sont arrivés après l'accord UE-Turquie. Ils vivent dans des camps de rétention sur des îles en mer Egée.

ATS