Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les habitants d'une tour de l'est de Londres, située près du site olympique, ne veulent pas de missiles sur leur toit pendant les Jeux Olympiques. Ils ont introduit un recours devant la Cour royale de justice contre leur éventuelle installation par le ministère de la Défense.

Les avocats agissant au nom de l'association Harrow Community Support, représentant les habitants de la tour Fred Wigg de Leytonstone, veulent obtenir de la justice une injonction pour prévenir le déploiement de missiles sur le toit de la tour, qui abrite 117 appartements. L'association fait valoir que les habitants n'ont pas été consultés, ce qui contrevient aux droits de l'Homme.

L'armée envisage de déployer des missiles sol-air, qui pourraient être installés sur le toit d'immeubles, pour parer à tout menace pendant la période des JO, du 27 juillet au 12 août. Mais aucune décision sur un tel déploiement n'a encore été prise, selon le ministère de la Défense.

Le dispositif de sécurité des Jeux est le plus important depuis l'après-guerre. Il mobilise plus de 40'000 militaires, policiers, agents de sécurité privés et bénévoles pour protéger la capitale, avec l'appui d'un vaste réseau de renseignement.

ATS