Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des groupes de rebelles islamistes ont procédé à l'exécution collective de 56 membres des forces gouvernementales syriennes, rapporte l'OSDH. Les soldats avaient été capturés lors de la prise d'une base aérienne dans la province d'Idlib dans le nord-ouest de la Syrie.

Les exécutions, par armes à feu, ont eu lieu il y a quelques jours sur la base d'Abou al Douhour, ajoute l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme (OSDH), citant plusieurs sources présentes sur le terrain. La base avait été prise le 9 septembre par une alliance de rebelles dont des combattants du Front al Nosra, branche d'Al-Qaïda en Syrie.

"Nous avons eu confirmation hier dans la soirée, grâce à des personnes qui ont assisté à la scène et grâce à des photos que nous avons reçues, que les exécutions ont eu lieu", a dit Rami Adboulrahman, directeur de l'OSDH. L'organisation a précisé que les exécutions avaient été conduites par le Front al Nosra, par le Parti islamique du Turkistan et par d'autres groupes islamistes.

Carnage déguisé

Le Parti islamique du Turkistan est l'un des groupes combattant dans le nord-ouest de la Syrie. Il a revendiqué un rôle dans plusieurs avancées significatives enregistrées par les rebelles cette année.

La télévision syrienne avait annoncé que les troupes qui défendaient la base aérienne s'étaient retirées après un siège de deux ans. Il s'agissait de la dernière position tenue par les forces pro-Assad dans la province d'Idlib.

ATS