Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des requérants d'asile revêtent le gilet jaune des patrouilleurs scolaires sur un passage piéton de Bösingen, dans la Singine fribourgeoise. Une idée des autorités communales, qui ne sont pas parvenues à trouver assez de volontaires parmi les citoyens adultes.

"Ce projet-pilote sera en phase-test jusqu'au début des vacances d'été", précisent mardi la Direction de la santé et des affaires sociales et celle de la sécurité et de la justice du canton de Fribourg. La démarche a été examinée au préalable par la police cantonale et validée. Le conseil communal a pris ensuite la décision d'engager les neuf requérants d'asile qui se sont proposés.

Il s'agit de jeunes hommes entre 18 et 30 ans provenant de Syrie, d'Afghanistan, d'Erythrée, d'Irak et du Sri Lanka. Les réfugiés ont été formés par la police durant deux jours avec l'aide d'un traducteur anglophone et arabophone.

Les équipes de patrouilleurs scolaires seront désormais composées d'un adulte habitant Bösingen ainsi que d'un requérant. Ces duos réguleront le trafic à la hauteur d'un passage piéton au centre du village. La population de la commune a été informée de ce projet par le bulletin communal du 14 avril, apprend-on.

Programme d'occupation

Pour les requérants d'asile, cette tâche représente un engagement dans le cadre de leur programme d'occupation. L'idée a germé lors d'une séance régulière entre les autorités cantonales, celles de Bösingen et le gestionnaire du foyer de requérants, trop peu d'adultes ayant répondu au dernier appel concernant les patrouilleurs.

Un partenariat existait déjà entre le gestionnaire, la commune, la direction de l'école primaire et la police. Il avait été conclu à l'arrivée des réfugiés sur le site.

La commune de Bösingen accueille depuis la mi-octobre 2015 des requérants dans les abris de la protection civile. Actuellement, 49 hommes, qui proviennent aussi du Ghana, de Géorgie, de Jordanie, d'Iran, de Somalie, du Togo et du Nigeria, ont pu y trouver refuge.

ATS