Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 150 places pour l'hébergement des requérants d'asile vont être créées d'ici à la fin de l'année à Genève, grâce à la réaffectation des anciens bureaux d'ONUSIDA. L'OMS libérera les locaux à partir de septembre.

Le bâtiment administratif de trois étages comprend une cinquantaine de bureaux. Il pourrait, dès 2016, moyennant travaux, accueillir entre 150 et 200 personnes, a fait savoir mardi l'Hospice général, qui s'occupe à Genève de la prise en charge des requérants d'asile.

Une demande d'autorisation pour changement d'affectation va être déposée. Des travaux d'aménagement seront ensuite entrepris pour créer des cuisines, des douches et des sanitaires et mettre le bâtiment aux normes de sécurité incendie.

Autres solutions

D'autres solutions pour l'hébergement des requérants d'asile sont également à l'étude. L'objectif de l'Hospice général est d'éviter à terme l'utilisation, comme c'est le cas aujourd'hui, d'abris souterrains de la protection civile pour y loger des personnes.

Parmi les projets envisagés figurent une maison, route de Malagnou, qui pourrait abriter une trentaine de personnes, la Maison des Champs, à Bernex, d'une capacité de 25 personnes et une maison située à Bellevue, qui pourrait offrir entre 14 et 20 places.

A Genève, l'hébergement des requérants d'asile est une question brûlante depuis le début de l'été. Soutenus par l'association No Bunkers, des requérants d'asile déboutés avaient refusé d'être logés dans des abris souterrains. Ils avaient occupé dans un premier temps la Maison des Arts du Grütli.

Ils ont depuis quitté le centre culturel et dorment aujourd'hui à la salle du Faubourg, un bâtiment qui a été mis à disposition de la Ville de Genève jusqu'à samedi.

Le conseiller d'Etat Mauro Poggia, ministre de tutelle de l'Hospice général, s'est entretenu mardi matin avec des représentants du collectif No Bunkers. Il leur a fait part de ces divers projets pour loger les requérants en surface et leur a aussi proposé des rendez-vous réguliers pour faire le point de la situation.

Le magistrat a toutefois rappelé à No Bunkers qu'aucune alternative aux abris ne se dégageait à l'heure actuelle pour héberger les personnes qui se trouvent aujourd'hui à la salle du Faubourg et qui devraient quitter les lieux en fin de semaine, si la Ville de Genève en décide ainsi.

Plus de 250 personnes dans les abris

Selon l'Hospice général, 266 personnes sont actuellement logées en abri PC, sur un total de 5518 personnes logées par l'Aide aux migrants. Sur ce nombre, 2349 personnes sont placées en hébergement collectif et 3169 personnes en logements individuels.

Les abris de la protection civile qui abritent des requérants d'asile sont l'abri PC d'Annevelle, l'abri PC de Châtelaine, l'abri PC de la Gabelle, l'abri PC des Trois-Chêne et l'abri PC de Versoix.

L'Hospice général rappelle que les logements trouvés en surface seront destinés "prioritairement" aux personnes qui vivent actuellement en abri PC et tout d'abord aux personnes en procédure (détenteurs d'un permis N ou F).

ATS