Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement du président ghanéen Nana Akufo-Addo (photo) a pris des mesures contre les activités illégales des mineurs (archives).

KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN THOMPSON

(sda-ats)

Des sauveteurs étaient à la recherche lundi de 14 mineurs bloqués sous terre après l'effondrement d'un puits de mine clandestin. La police a précisé qu'elle recherchait des survivants dans la ville de Prestea-Nsuta (sud), où se trouve la mine qui s'est effondrée.

"Nous ne pouvons confirmer s'ils sont morts ou vivants," a déclaré le chef de la police du district de Nsuta, Atsu Dzinaku.

"Ils étaient en train de sortir pour trouver quelque chose à manger. En remontant, ils ont entendu du bruit à l'intérieur et le puits s'est effondré," a-t-il dit. Cinq mineurs ont réussi à sortir de l'effondrement sains et saufs.

"Ceux qui ont pu sortir ont eu de la chance mais les autres sont bloqués. Nous pensons qu'ils sont toujours là. Nous n'en avons retrouvé aucun."

Dzinaku a précisé que des gens avaient réussi d'abord à communiquer avec les mineurs bloqués au fonds du puits à 80 mètres de profondeur mais que depuis lundi-après-midi, ils n'avaient plus réussi à les contacter.

Activités illégales

La police estime que l'accident est arrivé en raison de l'activité illégale des mineurs, connue sous le nom de "galamsey" au Ghana.

Le gouvernement du président ghanéen Nana Akufo-Addo a pris des mesures contre les activités illégales des mineurs.

En mars, des militants avaient lancé une campagne sur les dommages causés à l'environnement par ces activités: forêts dévastées et eaux polluées. Le pays tente de trouver des moyens de réglementer et de surveiller plus efficacement les activités des mineurs clandestins.

Le Ghana est le deuxième producteur d'or d'Afrique, après l'Afrique du Sud.

ATS