Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des chercheurs suisses et américains ont franchi un pas vers de futurs traitements de la surdité génétique. A l'aide de la thérapie génique, ils ont réussi à restaurer l'ouïe de souris affectées d'une certaine forme de surdité génétique.

Le traitement n'est pas encore totalement abouti. "Mais nous pensons que dans un avenir pas trop lointain, il pourrait être développé pour un usage thérapeutique chez les humains", explique Jeffrey Holt, chercheur au Boston Children's Hospital et professeur associé à la Harvard Medical School, cité dans un communiqué de l'EPFL. Les essais cliniques pourraient commencer d'ici cinq à dix ans.

Laboratoire de Patrick Aebischer

Avec l'aide de scientifiques du laboratoire de Patrick Aebischer à la Haute école lausannoise, les chercheurs américains se sont intéressés à l'un des 70 gènes connus pour provoquer la surdité s'ils présentent des mutations. Ce gène, baptisé TMC1, est impliqué dans 4 à 8% des cas de surdité d'origine génétique. Il encode une protéine qui joue un rôle central dans l'audition.

Les chercheurs ont testé la thérapie génique sur deux types de souris mutantes: chez les unes, le gène avait été complètement effacé, chez les autres il présentait une altération. Ils leur ont injecté dans l'oreille interne un virus génétiquement modifié dans lequel ils avaient implanté le gène sain.

Boîte à sursauts

Dans le premier groupe, la thérapie a rétabli la capacité des cellules ciliées sensorielles à répondre aux sons et a également restauré l'activité dans la portion auditrice du tronc cérébral. En clair, les souris sourdes ont recouvré leur capacité à entendre.

Pour l'établir, les chercheurs ont placé les rongeurs dans une "boîte à sursauts" et déclenché des sons forts et abrupts. Les souris ayant bénéficié de la thérapie génique sursautaient, les autres restaient sans réaction.

Dans le second groupe de rongeurs, le traitement s'est avéré positif aux niveaux cellulaire et cérébral, et partiellement positif dans la restauration de l'ouïe. L'étude, qui a été en grande partie financée par la Fondation Bertarelli, est publiée jeudi en ligne dans la revue américaine Science Translational Medecine.

Ces recherches pourraient ouvrir la voie à l'utilisation de la thérapie génique chez les personnes souffrant de pertes d'audition provoquées par des mutations génétiques. L'équipe va désormais optimiser son protocole et suivre l'évolution des souris traitées au-delà des deux mois qui se sont écoulés depuis le traitement.

ATS