Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De premiers résultats montrent qu'environ 40% des denrées alimentaires en Suisse présentent des traces de glyphosate, mais en faible quantité, inoffensive pour la santé (image symbolique).

Keystone/GAETAN BALLY

(sda-ats)

En Suisse, environ 40% des denrées alimentaires présentent des traces quantifiables de glyphosate. Mais en petites quantités, inférieures aux limites fixées dans la réglementation. C'est ce que montrent les premiers résultats d'une étude de la Confédération.

L'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a été mandaté pour réaliser cette étude, en réponse à un postulat d'une commission du Conseil national. Les résultats doivent être publiés "dans quelques semaines" sous la forme d'un rapport, comme l'avait annoncé l'office début novembre.

Les premières conclusions de ce monitorage des denrées alimentaires, initié en 2016, sont toutefois déjà publiées sur le site Internet de l'OSAV. Le "SonntagsBlick" en a fait part dimanche.

Plus de 230 échantillons de denrées alimentaires ont été analysés afin de déterminer l'exposition de la population à cet herbicide, qui est aussi utilisé en Suisse. Des produits tels que miel, vin, pain, pommes de terre, légumes ou aliments pour nourrissons ont été examinés.

Pâtes et céréales pour petit-déjeuner

Les plus fortes concentrations ont été mesurées dans les pâtes, les céréales pour petit-déjeuner et les légumineuses. Le monitorage n'est pas encore terminé, mais cette première évaluation montre que les résidus de glyphosate dans les aliments ne présentent pas de risque pour la santé, écrit l'OSAV.

Pour illustrer cette innocuité, les auteurs de l'étude prennent l'exemple des pâtes, car elles sont dans la catégorie des aliments qui présentent la concentration la plus élevée.

Une personne adulte devrait consommer 71 kg de pâtes par jour de l'échantillon le plus contaminé pour atteindre la dose journalière acceptable maximale (30 milligrammes pour une personne adulte). Les Suisses consomment en moyenne 10 kg de pâtes alimentaires par an.

"Cancérogène probable", selon l'OMS

Le glyphosate est l'herbicide le plus utilisé au monde. En Suisse, on évalue la quantité à 300 tonnes par année.

Il est classé "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L’Autorité européenne de sécurité des aliments et l’Agence européenne des produits chimiques sont par contre arrivées à la conclusion que les connaissances scientifiques disponibles ne sont pas suffisantes pour une telle classification.

Le sujet divise aussi au sein de l'Union européenne (UE). Récemment, les Etats membres ne sont pas parvenus à s'accorder sur la prolongation de cinq ans de la licence de cet herbicide controversé. Un nouveau vote pourrait avoir lieu en décembre à Bruxelles.

Pas d'interdiction en Suisse

Le Conseil fédéral est opposé à une interdiction du glyphosate en Suisse. Selon lui, une telle mesure serait problématique à plusieurs titres. Pour de nombreuses utilisations y compris en dehors de l'agriculture, la seule alternative est la destruction mécanique ou thermique, ce qui nécessite plus de travail, souvent manuel, et d'énergie, a-t-il expliqué jeudi, en réponse à une motion des Verts.

Le gouvernement rappelait aussi les nombreuses évaluations de risques menées depuis 2015 par des organismes internationaux reconnus. Toutes sont arrivées à la conclusion que le glyphosate ne présente pas de risque pour la santé humaine lorsqu'il est utilisé conformément aux prescriptions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS