Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des tribus papoues préservent le rite de la momification

Les Dani, une ethnie minoritaire des montagnes de Papouasie occidentale, une province d'Indonésie (archives).

Keystone/AP/CHARLES DHARAPAK

(sda-ats)

En prenant dans ses bras les restes de son ancêtre momifié, le chef de tribu Eli Mabel préserve une tradition qui a pratiquement disparu parmi les Dani, l'ethnie minoritaire des montagnes de Papouasie occidentale, une province d'Indonésie.

Le petit cadavre desséché et noirâtre qu'il transporte était celui d'Agat Mamete Mabel, le chef qui a dirigé il y a 250 ans ce village isolé de Papouasie, sur l'île de Nouvelle-Guinée. Sa moitié orientale comprend la plus grande partie de l'Etat indépendant de Papouasie Nouvelle-Guinée.

Honoré avant sa mort selon une coutume des Dani réservée aux importants aînés et héros locaux, Agat a été embaumé et conservé avec de la fumée et de l'huile animale. Neuf générations plus tard, son descendant Eli Mabel est le chef de la commune de Wogi, un hameau isolé dans la vallée de Baliem qui ne peut être atteint que par des pistes de randonnées ou en canoé.

L'âge exact d'Agat n'était pas connu, raconte Eli. Mais cet ancêtre est le dernier du village pour lequel ont été organisées de telles obsèques, selon la méthode rituelle de l'embaumement au feu dont la chaleur fait sécher l'huile déversée sur le cadavre.

Gourde à pénis

Des missionnaires chrétiens et prédicateurs musulmans ont ensuite encouragé les membres de tribus à enterrer les corps, faisant progressivement disparaître l'embaumement au feu.

Mais Eli est décidé à préserver les rites et rituels anciens pour les générations futures: "Nous devons protéger notre culture, y compris les cérémonies pour une momie", avec la tradition du feu. La momie est décorée avec des défenses de sanglier autour du torse, un panache de plumes et une traditionnelle gourde à pénis, dans une hutte appelée "honai".

Cette grande hutte au toit de chaume est gardée tout au long de l'année par quelques villageois qui alimentent le feu pour s'assurer que le corps reste séché et conservé. La tâche de transporter la momie revient souvent à Eli, qui passe de nombreuses nuits à dormir seul dans la "honai" pour veiller son ancêtre.

Eli espère que le rite du transport de momie se perpétuera après sa mort et que ses enfants s'impliqueront pour maintenir les traditions de la tribu, mais est inquiet, compte tenu de l'éloignement de ses descendants. Il a quatre enfants, mais certains vivent dans des centres urbains très éloignés du hameau.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.