Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des Vénézuéliennes passent en Colombie pour s'approvisionner

Les produits de première nécessité sont presque introuvables au Venezuela (photo symbolique).

KEYSTONE/AP/FERNANDO LLANO

(sda-ats)

Environ 500 Vénézuéliennes ont franchi de force mardi la frontière avec la Colombie, fermée depuis près d'un an, selon des médias locaux. Elles sont allées acheter des vivres qui manquent dans leur pays, confronté à de graves pénuries.

Vêtues de blanc, les femmes ont réussi à franchir un cordon de soldats entre les ponts vénézuélien Simon Bolivar et colombien Francisco de Paula Santander, selon des images diffusées par des médias vénézuéliens et sur les réseaux sociaux. Elles venaient pour la plupart de l'Etat de Tachira (nord-ouest).

Après être passées de l'autre côté, elles se sont rendues dans la ville de Cucuta, dans le nord-est de la Colombie, pour y acheter des produits de première nécessité. Elles ont effectué le chemin inverse quelque deux heures plus tard.

Maduro ferme la frontière

Le Venezuela traverse une grave crise économique depuis la chute des cours du pétrole, ressource dont il tire l'essentiel de ses revenus. Dans ce pays, 80% des produits de première nécessité, comme le riz, le sucre ou le papier hygiénique, sont presque introuvables, d'après l'institut de sondages Datanalisis.

La situation s'est aggravée avec la fermeture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie, décidée en août par le président vénézuélien Nicolas Maduro. Les deux pays partagent une frontière poreuse de 2219 kilomètres, où se multiplient les activités de guérilleros, de paramilitaires, de trafiquants de drogue, mais aussi de nombreux contrebandiers.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.