Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'exposition totalise une centaine de panneaux (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

L'exposition de dessins de presse pour la paix sur le Quai Wilson à Genève a été prise pour cible ce week-end. Huit panneaux sur la centaine qu'elle propose au public ont été vandalisés, dont deux du Genevois Patrick Chappatte. Les motivations ne sont pas connues.

Des dessins du Valaisan Mix&Remix, du Belge Kroll et du Français Jiho font notamment aussi partie des victimes de ces déprédations qui ont probablement eu lieu dimanche. Tous font partie de la thématique sur la Planète Terre. Certains ont été entièrement perforés.

"On ne sait pas si c'est du vandalisme bête et méchant ou un acte prémédité", a affirmé lundi à l'ats le conseiller administratif de Genève Guillaume Barazzone. "C'est regrettable et inadmissible", ajoute le membre du jury qui a récompensé mardi dernier le caricaturiste kényan Gado et le dessinateur malaisien Zunar du Prix international du dessin de presse.

La vice-présidente de la Fondation suisse Cartooning for Peace (Dessins pour la paix, NDLR) Marie Heuzé pense plutôt à une "dépradation stupide" qu'à un "acte politique". "Comment peut-on être contre le bien-être de la Planète Terre?" se demande-t-elle.

La Ville de Genève va tenter de réparer les dégâts avec Cartooning for Peace, organisatrice du Prix et de l'exposition prévue jusqu'à fin mai. Mais la préparation des panneaux est très longue et ils "coûtent très cher", indique Mme Heuzé. Elle estime le montant de l'exposition à 25'000 francs, sans compter certains frais.

M. Barazzone souhaite que la Fondation porte plainte. Un scénario qui est examiné, précise encore la vice-présidente de Cartooning for Peace.

ATS