Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des aigles, ici en mars 2016 à l'entraînement à Katwijk aux Pays-Bas, peuvent être dressés pour intercepter des drones.

KEYSTONE/EPA ANP/KOEN VAN WEEL

(sda-ats)

Après les chiens et les chevaux, la police genevoise compte un nouvel animal dans ses rangs: l'aigle. Deux jeunes rapaces sont en dressage auprès d'un fauconnier pour apprendre à intercepter les drones indésirables.

Les deux aigles devraient être opérationnels cette année, a indiqué à l'ats Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police genevoise. Il confirmait une information du Matin Dimanche. Mais l'aigle étant un animal sauvage, le résultat n'est pas garanti. Son dressage reste long et fastidieux, ajoute le porte-parole.

La police genevoise a acquis il y a quelques mois deux oeufs d'aigle qui ont éclos avec succès. Le principe d'intégrer des aigles dans la police genevoise pour intercepter des drones avait été évoqué au printemps dernier.

Des expériences similaires existent à l'étranger, notamment au sein de l'armée française. La police néerlandaise a de son côté récemment abandonné son programme d'aigles dressés contre les drones en raison notamment de la désobéissance de ces oiseaux de proie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS