Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal correctionnel de Vevey a condamné mercredi un homme de 40 ans à deux ans de prison, dont un ferme. Entre août et novembre 2009, il a séjourné au Royal Plaza de Montreux, un hôtel cinq étoiles, sans payer la note de 95'000 francs.

Le prévenu a été reconnu coupable d'escroquerie et de faux dans les titres. Il a également été condamné pour avoir manqué à ses obligations d'entretien, en omettant de verser à son ex-femme la pension de son premier fils, pour un montant de 34'000 francs.

Culpabilité lourde

Pour les juges, la culpabilité du condamné est "lourde". Il a adopté un comportement "crassement incivique", et a agi mû par des "mobiles purement égoïstes". L'ampleur du préjudice subi par les victimes a également été prise en compte.

Le prononcé d'une peine ferme est justifié par l'existence d'un "risque de récidive considérable". Le tribunal "n'a pas senti de prise de conscience" et "n'a pas été convaincu" par les regrets formulés par le condamné.

L'escroquerie a été retenue en raison de "l'édifice de mensonges" bâti par le délinquant. Le cinq étoiles n'avait, selon les juges, "pas les moyens" de vérifier les informations qui lui ont été fournies: il est difficile d'obtenir des informations sur la solvabilité bancaire d'un débiteur et, dans un hôtel de luxe, il est important de ne pas froisser les clients.

Faux documents

Entre le 14 août et le 4 novembre 2009, le prévenu a séjourné avec son amie et leur fils dans le cinq étoiles de Montreux. Il faisait à cette époque l'objet de poursuites pour 91'000 francs et d'actes de défaut de bien pour 119'000 francs.

Pour séjourner dans l'hôtel, il a produit plusieurs faux documents bancaires attestant qu'il avait donné l'ordre d'effectuer le paiement d'importants montants à l'établissement. Lorsque la supercherie a été découverte, il a promis au directeur d'aller chercher la somme avec lui à la banque le lendemain. Mais il a quitté l'hôtel dans la nuit, et s'est fait arrêter par la police en y revenant le soir suivant.

ATS