Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La délégation suisse à l'assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale abordera notamment la situation économique mondiale. Elle comprend deux conseillers fédéraux, Eveline Widmer-Schlumpf et Johann Schneider-Ammann, et le président de la BNS Thomas Jordan.

Les réunions se déroulent cette année à Lima, de jeudi à samedi. Dans la capitale péruvienne, le Comité monétaire et financier international du Fonds monétaire international (FMI) se penchera sur les perspectives de l'économie mondiale, au moment où l'organisation prévoit un taux de croissance global de 3%, a indiqué jeudi le DFF.

Le contexte général apparaît toutefois incertain, aussi bien pour les pays industrialisés que pour les pays émergents. Pour répondre aux défis posés, la Suisse, par la voix de la cheffe du Département fédéral des finances (DFF) Eveline Widmer-Schlumpf, estime que les mesures de nature structurelle devraient être privilégiées.

De telles mesures devraient notamment porter sur l'amélioration de la gestion des finances publiques, dit le DFF. Il convient aussi de rester attentif aux dangers que représente la politique monétaire accommodante, susceptible d'engendrer une allocation inappropriée des ressources et de favoriser la formation d'une bulle financière.

De l'avis de la Suisse, les travaux menés pour renforcer la réglementation des marchés financiers devraient s'orienter prioritairement vers les risques liés aux banques internationales d'importance systémique, soit des acteurs de l'envergure d'UBS et de Credit Suisse.

Banque mondiale

Pour sa part, le Comité du développement se penchera sur le rôle du Groupe de la Banque mondiale dans le cadre de la mise en œuvre de l'Agenda 2030 du développement durable. Le dossier pour la Suisse est confié à Johann Schneider-Ammann, chef du Département fédéral de l'économie (DEFR).

Adopté lors du sommet pour le développement durable qui s'est tenu à New York à la fin du mois de septembre, cet agenda constituera dès l'an prochain la base sur laquelle se fonderont les efforts fournis à l'échelle nationale et internationale en matière de développement durable et de lutte contre la pauvreté.

La Suisse s'efforcera d'obtenir que le Groupe de la Banque mondiale, compte tenu de son indépendance et de sa présence à l'échelon international, soutienne la mise en œuvre de cet agenda en proposant ses conseils sur les questions de fond. Une participation accrue du secteur privé est encouragée.

Question des voix

Le Comité du développement examinera également la question de la pondération des voix des Etats membres, précise le communiqué du DFF La pondération des voix de tous les actionnaires du Groupe de la Banque mondiale est réexaminée et, au besoin actualisée, à intervalles réguliers, tous les cinq ans.

Eveline Widmer-Schlumpf et Johann Schneider-Ammann séjourneront à Lima en compagnie de Thomas Jordan, président de la Banque nationale suisse (BNS). Ce dernier aura à s'exprimer sur le travail des banques centrales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS