Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités chinoises ont interpellé jeudi matin deux dirigeants chinois du groupe Schindler afin de les interroger. Parmi eux se trouve le patron de la division locale du fabricant d'ascenseurs lucernois.

Les faits reprochés ne sont pas connus dans le détail, a indiqué jeudi Schindler. Mais ils pourraient avoir un lien avec des enquêtes en cours contre certains collaborateurs du réseau de vente chinois. Il s'agit de détournement de fonds au détriment de Schindler et de trafic d'influence.

Le groupe lucernois collabore étroitement avec les autorités chinoises. Il informera davantage dès que les faits seront confirmés, précise-t-il dans son communiqué.

A la Bourse suisse, le bon de participation Schindler a connu un bref coup d'arrêt après cette annonce. Il a perdu plus de 5% avant de se ressaisir. En début d'après-midi, il concédait encore 3,8%, dans un SLI en baisse de 1,4%.

Ce revers en Chine est un coup dur pour Schindler. Le groupe considère le pays comme son principal marché pour de nouvelles installations.

ATS