Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux Iraniens ont été condamnés à mort dans le nord-est du pays pour consommation répétée d'alcool, selon un responsable de la justice cité par la presse iranienne. Déjà deux fois condamnés à des coups de fouet, ils ont encore la possibilité de se repentir.

"Ces deux individus ont consommé de l'alcool pour la troisième fois. Les deux dernières fois, ils avaient été condamnés à des coups de fouet et cette fois, ils ont été condamnés à mort", a déclaré Hassan Shariati, le chef de la justice de la province Khorassan Razavi.

Repentir

Depuis la révolution islamique de 1979, la production, le commerce et la consommation d'alcool sont interdits en Iran. Seuls les membres des minorités religieuses chrétiennes sont autorisés à en boire.

Prendre un verre est passible de 80 coups de fouet, mais si une personne est prise en flagrant délit pour la troisième fois, elle peut être condamnée à mort. La dernière condamnation de ce type remonte à 2007, mais à l'époque le condamné avait échappé à l'exécution après s'être repenti.

L'alcool à la cote

La consommation d'alcool semble pourtant en hausse ces dernières années en Iran. Selon les chiffres officiels, de 60 à 80 millions de litres d'alcool de contrebande entrent chaque année dans le pays et la police en saisit seulement 20 millions de litres. Un responsable de la lutte contre la contrebande estimait début 2011 le marché à 730 millions de dollars par an (700 millions de francs).

Le chef de la police, le général Esmaïl Ahmadi Moghadam, a récemment affirmé que le pays comptait quelque "200'000 alcooliques", et que 80% de l'alcool de contrebande entrait en Iran depuis le Kurdistan irakien.

ATS