Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ciudad Juarez - Les corps décapités de deux jeunes gens ont été retrouvés mercredi matin à Ciudad Juarez, la ville la plus meurtrière du Mexique, à la frontière avec l'Etat américain du Texas, selon le Parquet local. Ils ont été accusés d'être des hommes de main d'un cartel de la drogue.
Un message accompagnait les deux corps, accusant les jeunes gens d'être des "racketteurs liés à La Linea (La Ligne)", un gang de tueurs à la solde du cartel dit "de Juarez".
Les victimes de règlements de comptes entre trafiquants sont souvent dénoncées de la sorte, mais l'accusation vient généralement des assassins appartenant à un cartel rival.
Dans le même esprit, un journaliste cameraman de Ciudad Juarez, Martin Lopez, a été menacé de mort par un gang, sur une affiche qui l'accuse, avec son frère, de liens avec une bande rivale.
Cinq autres hommes ont été assassinés à Ciudad Juarez dans la nuit de mardi à mercredi dans des règlements de comptes présumés, et le corps d'une femme, dont la disparition remontait au 20 juillet, a été découvert dans la région.
Quatre journalistes mexicains ont eux été enlevés par des membres présumés d'un réseau de narcotrafiquants dans le nord du pays, a rapporté mercredi le quotidien "Milenio" dans son édition en ligne.
Selon le journal, qui fait partie d'un groupe de médias éponyme, l'un de ses cameramen et trois autres journalistes ont été kidnappés lundi après avoir effectué un reportage sur une prison de l'État de Durango, au sein de laquelle des détenus sont soupçonnés d'avoir bénéficié de la complicité de leurs gardiens pour sortir de leurs cellules et commettre d'autres meurtres.
Deux journalistes de la chaîne de télévision nationale Televisa font partie des personnes enlevées, a ajouté "Milenio", qui a précisé que ces personnes "sont entre les mains du crime organisé".
Au total, la guerre entre cartels de la drogue et leurs affrontements avec les forces de sécurité ont fait près de 25 000 tués depuis fin 2006 au Mexique, malgré le déploiement de quelque 50 000 soldats en renfort de la police pour combattre la criminalité.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS