Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux athlètes kényanes, Koki Manunga et Joyce Zakary, ont été suspendues provisoirement par la Fédération internationale (IAAF) à la suite de contrôles positifs durant les Mondiaux de Pékin.

"Les athlètes Koki Manunga et Joyce Zakary ont accepté la suspension provisoire à la suite des contrôles effectués les 20 et 21 août, respectivement", explique l'IAAF dans un communiqué.

L'IAAF précise que les athlètes ont été contrôlées positives à l'issue "de tests ciblés menés à l'hôtel des athlètes avant la compétition".

L'instance ne dévoilera pas d'autres détails avant la fin de l'investigation.

Zakary (400 m) et Manunga (400 m haies) sont les deux athlètes leaders du Kenya dans le domaine du sprint.

Selon SportNewsArena.com, un site d'informations sur l'athlétisme kényan, les deux athlètes "ont été contrôlées positives à un produit masquant pour une substance inconnue, probablement de la nandrolone, et auraient été informées des résultats quelques heures avant que le Kenya ne gagne la première médaille mondiale de son histoire sur 400 m haies avec Nicholas Bett (vainqueur)".

Lundi, lors des séries du 400 m, Zakary avait gagné sa place pour les demi-finales en 50''71, nouveau record national.

Mais elle n'avait pas pris le départ des demi-finales, le lendemain mardi.

Manunga avait elle échoué à se qualifier lors des séries du 400 m haies dimanche, avec un chrono (58''96) très éloigné de son record personnel (55''82), nouveau record du Kenya établi le 11 juillet dernier à Nairobi.

ATS