Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Abidjan - La Suisse a reconnu officiellement mercredi l'élection d'Alassane Ouattara à la présidence ivoirienne. Deux manifestations ont eu lieu dans la matinée dans les deux ambassades ivoiriennes sises en Suisse, celle de Berne, et celle installée à Genève pour l'ONU.
Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué pour la première fois mercredi que, "comme une grande partie de la communauté internationale, la Suisse reconnaît la victoire électorale d'Alassane Ouattara certifiée par l'ONU" au scrutin présidentiel du 28 novembre.
A Genève, une quinzaine de manifestants selon la police (30 selon les organisateurs) sont entrés dans la Mission de Côte d'Ivoire en même temps qu'à Berne, trois personnes se rendaient à l'ambassade. Ces partisans de M. Ouattara entendaient déloger les ambassadeurs actuels, nommés par le président sortant Laurent Gbagbo.
"Nous leur avons demandé de ne plus venir dans les locaux jusqu'à ce qu'un nouvel ambassadeur soit nommé" par M. Ouattara, a précisé le porte-parole du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) Jean Moro.
L'UE hausse le tonUn changement d'ambassadeurs en Suisse ne semble toutefois pas imminent. A Genève, le premier conseiller de la Mission de Côte d'Ivoire a indiqué à l'ATS n'avoir "rien reçu officiellement". A Berne, le DFAE a indiqué qu'il n'avait "pas reçu de demande d'agrément du gouvernement Ouattara pour un nouvel ambassadeur à Berne".
De son côté, l'Union européenne hausse le ton. Elle va porter de 19 à 61 le nombre de proches du président sortant qui seront interdits de visas. Cette nouvelle série de sanctions sera officialisée début janvier.
Blé Goudé menaçantSur le terrain, les responsables de l'Afrique de l'Ouest ont annoncé que la discussion se poursuivait pour tenter de trouver une issue à la crise. Mais le clan Gbagbo s'est fait menaçant. Charles Blé Goudé, leader des "jeunes patriotes", partisans de Laurent Gbagbo, a affirmé qu'ils allaient "libérer à mains nues" à partir de samedi le Golf hôtel d'Abidjan qui sert de quartier général au camp d'Alassane Ouattara.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS