Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a procédé lundi soir à un réaménagement du gouvernement, selon une source officielle. Ce remaniement exclut deux ministres opposés à un changement de la constitution qui permettrait au chef de l'Etat de briguer un 3e mandat.

La ministre du Commerce et des Approvisionnements, Claudine Munari, et celui de la Fonction publique et de la réforme de l'Etat, Guy-Brice Parfait Kolélas, ont été sortis du gouvernement, selon un décret lu à la radio et à la télévision publiques par le directeur de cabinet du président, Firmin Ayessa.

Fin juillet, ils avaient activement pris part à un dialogue de l'opposition au cours duquel, du 26 au 29 juillet, les participants ont exprimé leur refus de voir la constitution de 2002 modifiée. Le président Sassou Nguesso, 72 ans, se verrait ainsi dans la possibilité de briguer un nouveau mandat en 2016.

Deux personnalités ont fait leur entrée au gouvernement: Euloge Landry Kolélas, frère du ministre tout juste remercié, qui hérite du ministère du Commerce et des Approvisionnements, et Jean-Marc Thystère Tchicaya, nommé aux Hydrocarbures. Gilbert Mokoki, un général jusque-là ministre délégué aux Transports, devient pour sa part ministre de la Fonction publique et de la réforme de l'Etat.

Elections contestées

La nouvelle équipe gouvernementale, qui n'a pas de ministres délégués, compte 35 membres, contre 37 dans la précédente. Le nombre de femmes passe de quatre à trois.

M. Sassou Nguesso a dirigé le Congo entre 1979 et 1992 sous le règne du parti unique. Il est revenu aux affaires en 1997 au terme d'une sanglante guerre civile. Il a été élu en 2002 et réélu en 2009 au terme d'élections contestées par l'opposition et ne peut, selon la constitution actuelle, briguer un autre mandat.

ATS