Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins deux personnes ont été tuées et un policier a été blessé lundi lors d'une opération de police dans un quartier contestataire de Bujumbura. Ces heurts ont eu lieu à quelques heures d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Burundi.

A la demande de Paris, le Conseil se réunit à New York pour écouter notamment le Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, l'informer sur "la détérioration rapide de la situation au Burundi".

La communauté internationale craint des violences à grande échelle, certains durs du pouvoir ayant récemment multiplié les propos incendiaires aux connotations ethniques.

Une inquiétude renforcée par l'expiration samedi soir d'un ultimatum très ferme lancé aux opposants à son troisième mandat par le président Pierre Nkurunziza. Il semble décidé à en finir avec plus de six mois de contestation.

Tout en promettant l'amnistie à ceux qui "déposeraient les armes", M. Nkurunziza a averti qu'ensuite la police - qui a déjà brutalement, parfois à balles réelles, mis fin à la mi-juin à six semaines de manifestations - serait autorisée à user "de tous les moyens" pour désarmer les quartiers contestataires.

Réplique policière

Dimanche matin, les autorités burundaises ont donc lancé une vaste opération de recherche d'armes dans un premier quartier contestataire, Mutakura, dans le nord de Bujumbura. Celle-ci s'est poursuivie lundi, étendue au quartiers voisins de Cibitoke et Ngagara.

Lundi matin, à Musaga, quartier sud de Bujumbura qui fut un des hauts lieux des manifestations déclenchées fin avril à l'annonce de la candidature de M. Nkurunziza à un 3e mandat, "des criminels armés" ont, selon un gradé de la police ayant requis l'anonymat, lancé une grenade sur une patrouille de police qui a répliqué. Un policier a été blessé par cette grenade, a ajouté ce responsable.

"Deux personnes, dont un étudiant qui sortait de sa maison, ont été tuées par ces policiers qui tiraient dans tous les sens", a de son côté raconté un témoin, une version confirmée par deux autres habitants.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est déclaré lundi "extrêmement préoccupé par la violence" et a ajouté qu'il avait installé des postes de premiers soins dans plusieurs quartiers pour soigner les blessés.

Pas de guerre civile

La présidence avait tenté samedi de rassurer la communauté internationale, observateurs et habitants des quartiers contestataires, nombreux à avoir fui leur domicile avant l'expiration de l'ultimatum.

"Il n'y aura pas de guerre ni de génocide" au Burundi, a affirmé samedi Willy Nyamitwe, influent conseiller de M. Nkurunziza, "on ne permettra pas que ce pays retombe dans ses vieux démons".

L'International Crisis Group (ICG) avait averti vendredi que le Burundi faisait "à nouveau face à de possibles atrocités à grande échelle et une possible guerre civile".

Paris et Washington ont également dénoncé la rhétorique du camp présidentiel, tandis que le secrétaire général de l'ONU s'est insurgé contre "l'impunité généralisée" au Burundi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS