Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil fédéral a nommé deux Romandes à la tête de commissions extraparlementaires exposées. La Genevoise Martine Brunschwig Graf dirigera la Commission fédérale contre le racisme (CFR), alors que la ministre jurassienne Elisabeth Baume-Schneider présidera la Commission fédérale du cinéma (CFC).

L'ancienne conseillère nationale et l'actuelle ministre de la Culture dans le Jura ont été élue par le Conseil fédéral lors de la séance du gouvernement du 9 novembre, ont indiqué lundi les autorités fédérales dans un communiqué. Elles prendront leur fonction le 1er janvier 2012 et ce pour quatre ans.

Défis difficiles

La CFR a beaucoup fait parler d'elle ces dernières années. Le professeur honoraire d'histoire bâlois Georg Kreis, président de la commission durant 16 ans et auquel succèdera donc Mme Brunschwig Graf, s'était attiré la colère toujours croissante des milieux bourgeois, surtout de l'UDC. Ses propos avaient provoqué des remous particulièrement forts suite à la votation sur les minarets.

La Commission fédérale du Cinéma est aussi un gros morceau. Le dialogue n'a pas toujours été facile ces dernières années entre les différents partenaires du milieu du cinéma, notamment sous l'ère de Nicolas Bideau.

1700 membres nommés

En tout, le gouvernement a nommé plus de 1700 membres d'organes extraparlementaires lors de sa séance. Par la même occasion, après un réexamen des tâches et de la composition de ces commissions, il en a réduit le nombre: de 138 à 119, soit une diminution de 14%.

A pouvoir décisionnel ou consultatives, ces commissions extraparlementaires remplissent essentiellement deux fonctions. Premièrement, à titre d'organes de milice, elles complètent l'administration fédérale dans certains domaines où cette dernière ne dispose pas des savoirs nécessaires.

Deuxièmement, elles constituent un instrument efficace grâce auquel les organisations politiques, économiques ou sociales peuvent faire valoir leurs intérêts et exercer une influence plus ou moins directe sur les activités de l'administration.

ATS