Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jusqu'à 66% des mutations cancéreuses résultent d'erreurs lors de la division des cellules (archives).

KEYSTONE/AP NCI\Georgetown Lombardi CCC, NIH/EWA KRAWCZYK

(sda-ats)

Deux mutations génétiques sur trois responsables du cancer résultent d'erreurs au moment de la division des cellules, un processus clé pour la régénération de l'organisme, selon une étude américaine. Cette conclusion pourrait alimenter la controverse sur le sujet.

"Il est largement prouvé qu'en évitant certains facteurs comme le tabac ou l'obésité on réduit le risque de cancer", relève Cristian Tomasetti, professeur adjoint de biostatistiques au centre du cancer de l'université Johns Hopkins, un des auteurs de l'étude parue jeudi dans la revue Science.

"Mais chaque fois qu'une cellule normale se divise et copie son ADN pour produire deux nouvelles cellules, elle fait de nombreuses erreurs, un aspect longtemps ignoré scientifiquement", explique-t-il. Ces erreurs "sont des causes importantes de mutations génétiques responsables de cancer et ce facteur a été sous-estimé comme cause majeure de cette pathologie", ajoute le professeur.

66%

Au total, "66% des mutations cancéreuses résultent d'erreurs quand les cellules se divisent, tandis que 29% sont dues à des facteurs environnementaux et au mode de vie et 5% à l'hérédité", a précisé le Dr Bert Vogelstein, codirecteur du même centre.

"La plupart du temps, ces mutations sont inoffensives, mais, parfois, elles se produisent dans un gène qui déclenche un cancer, ce qui est de la pure malchance", a poursuivi le scientifique.

Les professeurs Tomasetti et Vogelstein avaient publié une première étude controversée en 2015, qui suggérait que les mutations aléatoires de l'ADN, en d'autres termes la malchance, étaient plus souvent responsables du cancer.

Eviter les facteurs cancérigènes

Une étude parue à la fin 2015 dans la revue Nature prenait le contre-pied de ces conclusions en estimant que la plupart des cancers étaient provoqués par des facteurs environnementaux, comme le tabagisme, des substances chimiques ou l'exposition aux rayons ultraviolets du soleil.

"Nous devons continuer à encourager le public à éviter des agents chimiques cancérigènes ou des modes de vie qui accroissent leur risque de développer des mutations cancéreuses", fait valoir le professeur Vogelstein.

Pour lui, les conclusions de la dernière étude corroborent toutes les études épidémiologiques indiquant qu'approximativement 40% des cancers peuvent être évités par un mode de vie sain.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS