Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyclisme - Rémy Di Grégorio, le coureur français de l'équipe Cofidis, devrait être mis en examen jeudi à Marseille.
Le procureur Jacques Dallest a annoncé que le cycliste, qui conteste toute pratique dopante, était accusé de "détention d'un procédé médical interdit sans autorisation".
Le procédé en question est un kit d'injection de glucose, retrouvé en possession du coureur interpellé mardi à Bourg-en-Bresse, sur le Tour de France. Di Grégorio, 26 ans, "conteste toute pratique dopante mais ne nie pas les injections", a précisé M. Dallest lors d'une conférence de presse.
La présentation du coureur et d'un naturopathe de 75 ans à la juge Annaïck Le Goff était toujours en cours jeudi matin. Le parquet, qui a requis un placement sous contrôle judiciaire à l'encontre de Di Grégorio, a annoncé que leur mise en examen devrait intervenir à la mi-journée.
D'autres personnes doivent encore être entendues dans cette affaire. Cependant, "on n'est pas dans l'implication de toute une équipe", a souligné le procureur.
Le naturopathe a admis devant les gendarmes chargés de l'enquête avoir pratiqué des injections d'ozone, ainsi que des prélèvements de sang aux fins de l'enrichir avec de l'ozone et de le réinjecter au coureur. Au moins quatre injections auraient été pratiquées de fin mai à fin juin.
Le parquet a requis la mise en examen du naturopathe pour "administration à un sportif d'une substance ou d'un procédé interdit" et "exercice illégal de la médecine". Un mandat de dépôt a été demandé contre lui, car il est en situation de récidive en la matière.
Un troisième homme interpellé mardi avait été rapidement remis en liberté. Il détenait des produits licites dans son véhicule (vitamines, compléments alimentaires, kits de transfusion sanguine et d'autres produits en cours d'analyse), selon le parquet.
"C'est un proche du coureur qui venait lui livrer des produits depuis Marseille", a encore indiqué M. Dallest.
Cette enquête sur un trafic présumé de produits dopants avait été ouverte en juin 2011 à Marseille, et visait l'ancienne formation de Rémy Di Grégorio, l'équipe kazakhe Astana.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS