Toute l'actu en bref

Robert Hofer présente notamment une série photographique intitulée "Montrés du doigt".

Robert Hofer

(sda-ats)

Les images imprègnent la Ferme Asile à Sion jusqu'au 23 avril. Les photographes Robert Hofer et Nicolas Crispini signent "Profondeurs de champs", une belle exposition révélant des approches photographiques différentes.

Chacun des nombreux clichés semble avoir naturellement trouvé sa place dans l'impressionnant espace d'exposition qu'est la Ferme Asile. Le visiteur s'y sent comme dans un cocon, glissant d'une image à l'autre, d'un monde à l'autre.

L'univers de Robert Hofer est centré sur "les gens", avec une photographie de type documentaire. Pour l'exposition, le photographe valaisan a puisé dans ses milliers de clichés pris depuis le début des années 80.

Avec une première série d'images, Robert Hofer a composé "des Duos" qui laissent imaginer des relations, des ressemblances, des différences. Il a réuni "deux photographies qui ne se connaissent pas - souvent éloignées dans l'espace et dans le temps - pour en faire une nouvelle entité", indique Véronique Mauron, curatrice de l'exposition et historienne de l'art.

Une seconde série de photos intitulée "Montrés du doigt" présente des gens et des personnalités qui désignent quelque chose ou quelqu'un qui se situe hors champ. L'humour n'est jamais loin, surtout lorsque les protagonistes pointent leur doigt dans des directions contraires...

L'Odyssée

Invité par Véronique Mauron a concevoir un projet pour la Ferme Asile, Robert Hofer a souhaité partager l'opportunité avec le photographe genevois Nicolas Crispini. Ce dernier présente une démarche photographique qui se veut plus plasticienne.

Il revisite également ses collections et présente plusieurs travaux réunis sous le titre "Odyssée". Il s'agit d'un "périple, celui de l'être humain dans sa singularité existentielle et celui de l'humain confronté aux bouleversements des sociétés", résume Véronique Mauron.

Dans les vingt-quatre photographies de "Qui sommes-nous?", l'image "engloutie de l'artiste rejoint les corps des migrants qui se noient dans cette même eau". Dans "Où allons-nous?", Nicolas Crispini part de couvercles de boîtes de conserve qu'il collectionne, et en tire des images-tableaux de paysages tout à la fois abstraits et ressemblant à notre planète.

Le photographe présente aussi une grande bâche intitulée "La Ronde de Nuit I". Il s'agit d'une image parue dans la presse en 2001 que le photographe s'est appropriée en l'agrandissant, en en modifiant la couleur et en y ajoutant des croix sur les tête des personnages. Prise par les douaniers de Calais (F) avec une caméra permettant de distinguer ce qu'il y a dans les camions passant en Angleterre, l'image présente des silhouettes de dos, assises en rang d'oignons.

www.ferme-asile.ch

ATS

 Toute l'actu en bref