Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Homme Blanc - Homme noir. Impressions d'Afrique": l'exposition présentée à la Fondation Pierre Arnaud à Lens (VS) jusqu'au 25 octobre 2015 entraîne le public dans un dialogue entre art occidental et africain.

Le très bel espace de la fondation accueille des photographies, des sculptures ou des peintures réalisées entre le XVIIe et le XXe siècle par des artistes africains, anonymes pour la plupart, ou par des Occidentaux. A travers elles, le visiteur découvre comment les hommes blancs ou noirs se sont observés, découverts, craints, moqués ou admirés.

Accessoires occidentaux pour statues africaines, corps africains magnifiés ou stigmatisés par l'oeil occidental: chaque artiste livre son regard sur l'autre. Le public admire les différentes pièces avec intérêt, un brin amusé, surpris ou choqué par des perceptions parfois racistes de l'époque coloniale.

Méconnaissance et racisme

Le premier espace d'exposition, au premier étage de la fondation, rassemble les pièces les plus anciennes: par exemple une défense en ivoire sculptée, d'imposants bustes en marbre ou des photos de dignitaires africains affublés d'accessoires vestimentaires occidentaux, symboles de pouvoir.

La seconde salle, au rez-de-chaussée, est centrée sur la perception que les Européens avaient des Africains. Affiches, moulages anatomiques et projection d'images d'expositions universelles du début du XXe siècle ont bien souvent des relents de racisme, voire de méconnaissance coupable. Toutefois, des artistes-voyageurs avides de découvertes et séduits par l'Afrique rendent compte de la beauté de ce continent et de ses habitants.

L'exposition rassemble aussi des objets des dernières décennies, réalisées avec humour et ironie, comme un casque colonial en canettes de Coca-Cola ou des packagings de produits de grandes consommations en bois. L'exposition dans son ensemble est une invitation à voyager et rencontrer l'art de l'autre.

ATS