Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les diamants avaient été volés dans cet avion d'Helvetic Airways, opéré par la compagnie Swiss (archives).

KEYSTONE/AP/Yves Logghe

(sda-ats)

L'avocat de la compagnie aérienne Swiss a réclamé jeudi des indemnités de dizaines de millions d'euros, suite au spectaculaire vol de diamants survenu en 2013 à l'aéroport de Bruxelles. Il estime son préjudice à 52 millions de dollars.

L'entreprise de transports de fonds Brink's a quant à elle a fait valoir un préjudice de 30 millions d'euros. Les parties civiles ont estimé qu'il y avait des charges suffisantes pour condamner les prévenus qui ont tous été en contact avec le principal suspect, Marc Bertoldi.

Ce Français a avoué avoir aidé à revendre le butin, mais il est suspecté d'avoir également pris part au braquage et d'être un des cerveaux de l'opération. Il est cependant absent à son procès, incarcéré pour une autre cause à Metz.

Indices clairs

Pour les avocats de la partie civile, les gilets pare-balles et les cagoules retrouvés chez certains des prévenus sont des indices clairs, tout comme le fait que plusieurs d'entre eux ont étonnamment pu rembourser des dettes et s'offrir une seconde résidence après les faits.

Le braquage avait eu lieu le 18 février 2013. Huit individus armés et masqués avaient pénétré dans l'aéroport de Bruxelles-Zaventem et s'étaient approchés d'un avion de la compagnie Helvetic Airways, opéré par Swiss, qui transportait un chargement de diamants, collecté par la Brink's.

Les braqueurs s'étaient emparés de 121 colis contenant diamants, lingots d'or et pierres précieuses d'une valeur de 37,9 millions d'euros, puis avaient disparu dans la nature.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS