Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il faut combattre le terrorisme à la racine, en réaffirmant les droits de l'homme sur toute la planète, a affirmé lundi à Genève le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Il a insisté sur la nécessité de préserver la tolérance et la dignité humaine à l'ouverture de la session du Conseil des droits de l'homme.

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a dénoncé "les groupes terroristes qui attaquent nos valeurs fondamentales au nom d'idéologies obscures".

"Qu’y a-t-il, en effet, de plus sombre, de plus noir, que de forcer de petites filles à se faire exploser sur des places de marché pleines de monde? Qu’y a-t-il de plus cruel que de commettre des attentats contre de jeunes écoliers en train de se préparer à affronter la vie? Qu’y a-t-il de plus lâche que de chercher à faire taire la liberté d’opinion? Qu’y a-t-il de plus intolérant que de vouloir détruire les symboles et la réalité d’une religion, qu’elle soit juive, musulmane ou autre?", a lancé M. Burkhalter.

"Nous devons faire davantage; nous devons faire autrement, aussi: combattre le terrorisme à la racine et par les valeurs", a affirmé le conseiller fédéral.

"La tolérance et l'acceptation des différences font la force de notre société ouverte et libérale. Il faut préserver cette force", a-t-il déclaré.

Droits de l'homme relativisés

Il a critiqué le fait que les droits de l'homme "sont remis en question, relativisés et contestés dans leur universalité". "Cette relativisation constitue aujourd'hui un danger qui déploie ses effets partout dans le monde et dans plusieurs domaines", a précisé M. Burkhalter.

"La liberté d'expression est restreinte; la censure et l'autocensure se propagent; l'intolérance se répand; le dialogue et la compréhension mutuelle cèdent devant les préjugés, les accusations et les sentiments de vengeance", a-t-il déploré.

Le chef du DFAE a appelé la communauté internationale à "s'engager davantage pour les réfugiés syriens et pour trouver une solution politique à la crise ukrainienne". Il a aussi critiqué la réduction de "l'espace de la société civile, par des lois qui limitent leur financement externe ou en créant un climat de peur".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS