Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Didier Burkhalter et son homologue italien Angelino Alfano, accompagnés de leurs délégations à Lugano.

KEYSTONE/USI/GABRIELE PUTZU

(sda-ats)

Didier Burkhalter a rencontré lundi le ministre italien des affaires étrangères Angelino Alfano à Lugano. Avant cet entretien bilatéral, les deux hommes avaient ouvert la quatrième édition du "Forum sur le dialogue Italie-Suisse".

Les deux ministres ont discuté notamment des affaires bilatérales, en particulier liées aux questions fiscales et financières ainsi qu'à l'accord relatif à l'imposition des travailleurs frontaliers, a indiqué le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

Un accord à signer

Berne et Rome ont signé en 2015 un accord fiscal. Dans la foulée, "un nouvel accord sur la taxation des frontaliers a été négocié avec succès et paraphé. Si l'on veut, précisément, progresser concrètement, il faut maintenant signer", a souligné le conseiller fédéral dans son discours d'ouverture du Forum.

"La Suisse compte sur toi, Angelino, et sur l'engagement du gouvernement italien en faveur d'une signature prochaine de cet accord", a-t-il ajouté, estimant que la signature "pourrait avoir lieu d'ici la fin de cette année". Interrogé par la RSI, M. Alfano a de son côté déclaré: "Je ne veux pas donner de date, mais nous sommes proches" d'une signature.

Les deux ministres ont également parlé de la politique européenne de la Suisse, de migrations et de questions de sécurité. Sur ce dernier point, M. Burkhalter a rappelé qu'un accord de coopération policière et douanière entre la Suisse et l'Italie est entré en vigueur il y a une année. Il permet notamment de surveiller le territoire avec des patrouilles mixtes.

Relations dynamiques

Le Forum, qui se tient jusqu'à mardi, a été créé en 2013 et a lieu tous les deux ans. Il vise "à renforcer les liens et à encourager une meilleure compréhension entre les deux pays, par un dialogue sur des thèmes et défis communs", selon le DFAE.

L'Italie est le cinquième partenaire commercial de la Suisse, avec un volume d'échanges commerciaux de 34 milliards de francs l'an dernier. Ces échanges sont "surprenants de dynamisme et ont même un petit côté 'révolutionnaire'", a souligné le Neuchâtelois.

Ainsi, "le fromage préféré des Suisses (...) est la Mozzarella, loin devant le Gruyère! Et c'est valable dans l'autre sens également (...) les pigments de la couleur 'Rosso Corsa' des voitures italiennes par excellence, les Ferrari, sont produits non pas à Maranello, ni à proximité dans l'Emilie-Romagne, mais en Suisse, à Monthey" (VS), a-t-il plaisanté.

Aujourd'hui, quelque 320'000 ressortissants italiens vivent en Suisse, formant la plus grande communauté étrangère du pays, et 70'000 frontaliers italiens environ travaillent en Suisse. Plus de 50'000 ressortissants suisses vivent en Italie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS