Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Premier en descente et deuxième en super-G ce week-end à Lake Louise, Didier Cuche a signé son meilleur début de saison depuis ses premiers pas en Coupe du monde il y a 18 ans.
"Ma saison ne pouvait pas mieux commencer. Pourtant, les conditions n'étaient pas idéales pour moi avec un neige trop molle", se félicitait le Neuchâtelois de 37 ans, dont la motivation sera totale le week-end prochain à Beaver Creek où il s'est toujours senti beaucoup plus à son aise qu'à Lake Louise. "Un succès en descente à Beaver Creek manque toujours à mon palmarès", rappelait-il.
"J'essaierai d'y être dans le coup dès le premier entraînement", assurait le détenteur des Globes de cristal de descente et de super-G. "J'ai faim de victoires après ce sensationnel week-end de Lake Louise. Je place la barre très haut, mais je ferai tout pour obtenir bien d'autres résultats de premier plan", poursuivait-il.
"Je me fixe moi-même des objectifs élevés. Je m'entraîne dur pendant l'été pour les atteindre", rappelait le champion du monde 2009 de super-G. "Je consacre près de 500 heures à ma condition physique et presque autant au ski pendant les sept mois de préparation. Ce sont des chiffres incroyables lorsqu'on les compare aux quelque 60 minutes de course effectuées durant l'intégralité d'une saison. J'apprécie d'autant plus de réussir mes courses", précisait-il.
En cette saison vierge de grand championnat, l'attention se porte bien évidemment sur les Globes de cristal. "La route menant à un sacre en descente est encore très longue. La saison vient tout juste de démarrer, et dix descentes sont encore au programme", relativisait le skieur des Bugnenets, qui refusait en d'évoquer un éventuel sacre au classement général. "Mes chances de remporter le grand Globe de cristal sont très minces. Je ne m'occupe donc pas du classement général", assurait-il.
Malgré ses 37 ans, Didier Cuche ne voulait pas non plus s'attarder sur un autre sujet qui fâche: sa possible retraite au terme de cet hiver. "Quand je me regarde dans un miroir le matin, je vois bien que je ne fais pas partie des plus jeunes. Mais je ne pense absolument pas à me retirer", concluait l'homme aux 18 victoires en Coupe du monde.

ATS