Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Divers - Le ski alpin reste le sport roi en Suisse. Didier Cuche, vice-Champion du monde de descente à Garmisch-Partenkirchen, est le sportif suisse de l'année 2011.
Le Neuchâtelois a été honoré à Zurich lors des Credit Suisse Sports Awards. Cette soirée a également couronné la patineuse Sarah Meier.
Déjà récompensé en 2009, Didier Cuche a devancé d'un souffle Dario Cologna et Roger Federer. A 37 ans, il est en passe de devenir une véritable icône du sport suisse. Sa longévité et sa parfaite maîtrise du dialecte alémanique lui confèrent une énorme popularité outre-Sarine. Son hiver fut exemplaire avec sa victoire à Kitzbühel et ses premières places en Coupe du monde de descente et de Super-G. La lecture de sa feuille de résultat rend son élection parfaitement crédible.
Le succès de Sarah Meier était attendu. La Zurichoise a conquis le coeur du public lors des Championnats d'Europe de Berne. Sa victoire couronne à 27 ans une très belle carrière. La dramaturgie qui l'a accompagnée la rend encore plus belle. Longtemps blessée au pied, elle avait abordé ses Championnats d'Europe, son dernier grand rendez-vous, avec des ambitions bien modestes. Submergée par l'émotion après son libre, elle devenait la deuxième Suissesse Championne d'Europe trente ans après Denise Bielmann.
Le mérite par équipes revient à la sélection des M21 en football, finaliste de l'Euro au Danemark face à l'Espagne et qualifiée pour les Jeux de Londres. Dirigée par Pierluigi Tami, cette équipe illustre parfaitement l'excellence du travail de formation en Suisse. Avec Xherdan Shaqiri, elle possédait un véritable joyau qui est promis à 20 ans à peine à une très grande carrière. Les deux relais de Pierluigi Tami sur le terrain furent le gardien Yann Sommer et le demi Fabian Lustenberger.
L'entraîneur de l'année est Arno del Curto. Une consécration méritée pour le bâtisseur du grand HC Davos avec en 2011 la conqête d'un cinquième titre en l'espace de 10 ans. Le Grison est un digne lauréat mais aurait-il supporté la comparaison avec Lucien Favre ? L'absence de l'entraîneur vaudois du Borussia Mönchengladbach dans la liste des nominés est tout simplement aberrante.

ATS