Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stefan Holenstein, le directeur général de l'ACS (à gauche) a été suspendu avec effet immédiat (archives).

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Le directeur général de l'Automobile Club de Suisse (ACS), Stefan Holenstein, a été suspendu avec effet immédiat de toute activité au profit de l'ACS. Cette décision prise par le comité de direction vaut jusqu'au lendemain de l'assemblée des délégués du 23 juin.

Une résiliation des rapports de travail après l'assemblée reste réservée, écrit lundi le comité de direction. Des faits apparus à ce jour rendent toute collaboration future impossible et une conduite régulière de l'ACS comme sujette à caution, selon le communiqué.

En plus de violations du devoir de fidélité découlant du droit du travail, d'autres faits, "dont la clarification prendra encore un peu de temps", sont en cause, écrit le comité.

Cette décision s'inscrit "dans le contexte d'efforts déployés par des sections en vue d'un changement dans la conduite de l'ACS par le choix d'un nouveau président". A cette occasion, le rôle du directeur général a également été discuté, selon le communiqué.

Le président de l'ACS Mathias Ammann a précisé à l'ats que ces dernières semaines, il est apparu que M. Holenstein n'aurait pas respecté diverses prescriptions, notamment en matière de loyauté et de devoir d'information.

La suspension a été décidée à une large majorité du comité, a-t-il ajouté. Il s'agissait de rétablir le calme afin de pouvoir examiner les reproches formulés. Ceux-ci concernent également "le rôle de M. Holenstein dans les efforts en vue d'un changement à la tête de l'ACS", selon le président.

Bisbille autour de la présidence

M. Holenstein quant à lui réfute énergiquement ces reproches, ainsi qu'il l'a déclaré à l'ats. "Je suis convaincu d'avoir agi de manière juridiquement correcte, conforme aux statuts et dans l'intérêt de l'ACS", affirme-t-il. Il n'exclut pas une action en justice et entend s'opposer à sa suspension.

Selon lui, Mathias Ammann aurait annoncé par écrit qu'il renonçait à sa charge de président, et une majorité des sections cantonales est favorable à la candidature du conseiller national Christian Wasserfallen (PLR/BE). "Or j'apprends maintenant par les médias que M. Ammann se représente", s'étonne M. Holenstein.

M. Wasserfallen n'a pas voulu s'exprimer sur cette affaire. Il se pourrait qu'il soit opposé à M. Ammann lors de l'assemblée des délégués. Ce dernier, président depuis trois ans, dit être à la disposition du Club.

M. Holenstein, également président de la Société suisse des officiers, est directeur général de l'ACS depuis deux ans. Auparavant, il était directeur suppléant chez santésuisse. Fondé en 1898 à Genève, l'ACS compte quelque 110'000 membres.

ATS